Archive

Archive for juillet 2008

Que sont nos philosophes devenus ?

Suite et fin.
 
Dans le billet précédent, je vous parlais de ces "chers philosophes" qu’étaient les Whatfor ! smilie
Mais que sont devenus ces talents éphémères ?
 
Les sites QueSontIlsDevenus.net et Stars-oubliees.com nous apportent quelques idées de réponse à cette question :
Le groupe est décédé la même année, suite à un succès général pour le moins mitigé, même si "Plus haut", le premier single s’est fort bien vendu.
Erika et Cyril ont tenté un come back tous les deux en formant un groupe pop rock nommé "Everton" en 2004. Sans succès. Ils auraient donc claqué la porte de leur maison de production, AZ. Ils prépareraient un nouvel album.
En 2005, Nicolas joue à paris dans la pièce "Love, valour, compassion".
Monia aurait terminé un album que l’on promet "bientôt" en écoute sur son site perso.
On retrouve Cyril sur scène fin 2006 lors d’un concert aux Sentiers des Halles en tant que musicien d’Édu Del Prado.
Allez je vous laisse avec, en petit cadeau Bonux, le seul clip d’Everton : Aucune trace. Sur le billet précédent, le clin d’oeil m’amusait, mais déjà là, au second billet, ça me saoule déjà… Donc ce sera tout… pour le moment… ou pas ! smilie
Bonne écoute… Même si ça ne vaut pas le clip du précédent billet (Yeh yeh yeh yeh !) ! smilie
 
 
 
 
 
PS : A noter que, par curiosité, et après avoir choisi le titre de ce billet, j’ai découvert que "Que sont nos philosophes devenus ?" est également le titre d’un livre inscrit à la bibliothèque du… CNRS ! Sacré grand écart culturel ! Clin d'oeil
 
Catégories :Musique

Philosophes

Ma poule.
 
Un peu d’humour et de grande philosophie pour terminer la semaine. Un grand moment de nostalgie avec cet hymne prôné par les stars de la chanson française qu’ont pû être les… WhatFor ! Clin d'oeil Ou devrais-je dire… Les quadricolore ! Les fameuses 4 couleurs primaires. smilie
 
  
Quadricolore
envoyé par NY182
 
 
Bref… Que peut-on ajouter à cette phrase si symbolique : L’amour n’a pas de loi.
Eh non, à croire qu’ils ont tellement raison, l’amour n’a pas de loi (oh non non !) smilie
 
 
Yeh Yeh Yeh Yeh ! smilie
 
Et encore… Si je vous disais que… j’ai acheté l’album…Surpris
Eh oui… Jour de braderie… 4€ encore emballé… Collector moi je dirais ! smilie
 
Bon, allez, en cadeau, la version originale : A kiss Goodbye (Carola)

  

 
Non non. Je sais, pas la peine de me remercier… Clin d'oeil
Ah, vous vous demandez pourquoi ce titre de billet ("Philosophes, ma poule") ? Pourtant, c’est simple : c’est bien connu que… C’est la poule qui fit lo zof… smilie
 

Catégories :Musique

Quel Dédale !

20/07/2008 1 commentaire
Thésée ? Ariane ? Icare ?
 
Un après-midi de beau-temps, histoire de vous divertir, vous pouvez aller vous aventurer dans ce nouveau genre d’expérience : Un labyrinthe dessiné au travers d’un champ de maïs.
 
Situé juste à côté de Villeneuve d’Ascq, vous payez 5€ l’entrée, et vous pouvez essayer de ne pas vous perdre dans ce labyrinthe géant qui reprend différentes formes : ici un tracteur, mais aussi des araignées, des lapins….
 
Bien sûr, vous pouvez largement vous en sortir en utilisant basiquement la fameuse "loi de la main gauche" (ou droite). Mais pour pigmenter votre parcours, vous pouvez essayer de répondre à un petit questionnaire ludique en rapport, par exemple, avec le dessin que vous êtes en train de parcourir.
 
Voici quelques questions issues du parcours Araignée :
  1. Si un homme de 70kg capturait une proie à la manière des araignées sociales guyanaises, quel serait le poids de celle-ci ?
  2. Quel est le record de taille pour une toile d’araignée ?
  3. La soie est-elle plus résistante que l’acier ?
  4. Comment surnomme-t-on le réseau internet ?
  5. Combien a-t-on répertorié d’espèces d’araignées ?
  6. Sous quelle forme l’araignée mange-t-elle ses proies ? liquide ou solide ?
  7. Combien l’araignée peut-elle posséder d’yeux ?
  8. Comment s’appelle le fil non collant de certaines toiles ?
  9. Quel est le premier rôle de la soie ?
  10. Peut-on capturer des chauves souris avec une toile d’araignée ?
  11. Des araignées dans une navette spatiale pourraient-elle tisser leurs toiles ?
  12. Nommez deux types de toiles ?
  13. Combien y a-t-il de types de soie ?
  14. A quelle vitesse l’araignée produit-elle la soie ?
  15. Présente dans les cheveux et la soie, je suis la… ?
  16. Quel est le pourcentage de toile ancienne recyclée par l’araignée ?
  17. Quelle est la bonne façon d’écrire : artrhopode, arthropode, artropode ?
  18. La vie d’une araignée mâle est-elle  enviable ?
  19. Les araignées ont-elle une utilité pour l’homme ?
  20. Existe-t-il des "fils d’Ariane" dans toutes les toiles ?
  21. Ariane est le nom donné à une fusée française ou européenne ?
  22. Nommez trois pâles imitations que l’homme a fait des toiles d’araignées.
A noter donc que vous pouvez faire ce genre de parcours, dans les environs de Lille, à la Ferme du Sart (photo ci-dessus) ou au Labyrinthe de Beauregard, dans la forêt de Raismes près de Valenciennes (questionnaire ci-dessus).
 
Catégories :Divertissement

Pensée du moment

Catégories :Humeur

Se jeter à l’eau

Spontanéité ou évaluation des risques ?
 
Lorsque vous attrapez quelqu’un pour le flanquer à l’eau dans une piscine alors que vous êtes tout habillé, une auto-évaluation rapide est faite : vais-je réussir à le mettre à l’eau sans être mouillé ? Est-ce que je peux me permettre de mouiller mes habits ? Est-ce que je peux me permettre de les faire sécher (temps trop court ?), Ai-je d’autres habits de rechange, Ai-je des affaires importantes sur moi qui risquent de mal vivre cette expérience ?
Bref, ce risque calculé (ou pas) est estimé et validé en 1/4 de seconde : oui ? Go !
Et on se jette à l’eau avec la victime, à un détail d’erreur près (éventuellement un carnet de prises de notes qu’on garde toujours sur soi et qu’il faut donc sécher méticuleusement par la suite à grand renfort de papier absorbant et de sèche-cheveux).
 
De même, lorsque qq’1 vous invite à danser ou que vous invitez qq’1, ce même genre d’évaluation "des risques" se fait quasi instantanément, instinctivement, voire inconsciemment : puis-je me permettre de dire non ? Vais-je véxer si je refuse ? Vais-je lui "mettre la honte" devant ses ami(e)s ? Ne vais-je pas le regretter par la suite, que ce soit oui ou non ? Vais-je passer à côté d’un super moment ? Puis-je interrompre ce que je suis en train de faire ? Que vont dire mes amis ? etc…
Bref, souvent, la spontanéité est remplacée, à tort ou à raison, par une sorte de réunion "flash-éclair" avec soi-même, et un risque calculé en une fraction de seconde.
 
Est-ce un bien ou un mal ? Est-ce se prendre la tête pour rien ? Est-ce toujours du plaisir ? Je vous laisse seul juge.
 
Devais-je noter tout cela ? Ai-je bien tout calculé en l’écrivant et en vous en faisant part ? Ou est-ce simplement de la spontanéité non calculée ? J’avoue que je m’y perds un peu moi-même ! smilie
Catégories :Débats et opinions

Co-voiturage 2

Voiture de tramway bien sûr ! smilie
 
1e épisode ICI ?
 
A chaque fois, on dirait un casting. Des figurants qui jouent le rôle de ce qu’on s’attend à voir dans un trajet anodin.
 
  • 3 policiers et leur radio. Un verbeux qui leur parle (correctement), et eux qui essaient de sauver la face en jouant le jeu.
  • Une dame avec une grande poussette et 2 enfants. Les 4 très calmes. Impressionnants de respect. Aucun ne hurle, ne court dans tous les sens. Oui, respect.
  • Une jolie jeune fille sans talon qui lit la dernière bio à la mode. Un peu fashion victim. Exactement son propre stéréotype avec les lunettes fumées fashion dans les cheveux.
  • Un couple d’amoureux qui s’embrassent et se tiennent la main. Très mignons. Trop ?
  • Une personne qui sent très fort, assise juste à côté de moi (Mais POUQUOI MOI ???? Clin d'oeil).
  • Un portable, puis un autre, puis encore un autre, qui sonnent à droite, à gauche. Un concert de téléphones qui se répondent de chaque côté du tramway, comme un son libérateur arrachant leur maître à un ennui silencieux.
Vous croyez que j’invente ? Je n’en ai même pas eu besoin : tout cela vient réellement d’arriver en un seul trajet ! D’ailleurs, j’ai tapé cet inventaire dans la rame même !
 
Et je retournai à lire mon livre… Amusant : ce soir encore justement, en le lisant, je me disais que c’était une belle caricature ! L’amour dure 3 ans ?  Ah bon ? Aussi longtemps que ça ? smilie
Ou est-ce tout simplement comme ça que l’on reconnaît que ce n’est pas l’Amour justement… smilie
Surtout quand on est… Un mec bien. smilie
 
Catégories :Société

L’aventure c’est l’aventure !

05/07/2008 1 commentaire
Même si c’est truqué ! smilie
 
Voilà. Koh-Lanta, c’est reparti ! smilie
Avec, toujours, son lot d’afficionados et de profondément contre ! Effectivement, on aime ou on n’aime pas. On y croit ou on n’y croit pas. On joue le jeu… ou pas.
 
 
Huitième édition de Koh Lanta donc (Koh Lanta Caramoan). Les équipes Tayak (rouges) et Mingao (Jaunes) s’affronteront.
Cette année c’est tout à l’Est des Philippines que les 16 aventuriers de Koh-Lanta vont s’affronter. Après une arrivée annoncée comme impressionnante, rouges et jaunes vont découvrir leurs îles où ils vont survivre, seuls, pendant 40 jours.
 
Jean-Bernard, 40 ans. Agent d’assurance à Marseille. Une âme de Saint-Bernard.
Carole, 40 ans. Créatrice de bijoux. S’occupe de ses 6 filles en Loire-Atlantique.
Jessica, 20 ans. Etudiante en communication dans l’Hérault. A déjà une phrase culte: “Ca rend sympathique d’être bête, car l’autre se croit plus intelligent”.
Bertrand, 32 ans. Pilote d’hélicoptère dans l’armée, vivant dans les Pyrénées-Orientales. Fait naturellement parti des favoris.
Frédéric, 31 ans. Charpentier dans l’Isère. Discret.
Christopher, 25 ans. Gérant de société dans le Val de Marne. Le jeune homme est un leader naturel. Le gendre idéal. Favori pour la victoire dans Koh Lanta.
Charlène, 20 ans. Etudiante en lettres à Strasbourg. A l’air sympa…
Régis, 56 ans. Commerçant dans l’Hérault. Le doyen de cette saison. Mélange de sagesse et d’autorité.
Christophe, 39 ans. Patron de pizzeria. Le Ch’ti qui fait rire tout le monde. Bon camarade. Déjà un de nos chouchous.
Valérie, 41 ans. Géomètre experte à Paris. Une main de fer dans un gant de velours.
Céga, 23 ans. Magazinier en Seine-Saint-Denis. Sportif, motivé, impulsif.
Nathalie, 29 ans. Prof de maths en Seine-Saint-Denis. Autoritaire et volontaire. “Ce n’est pas parce que l’on a des formes, que l’on a que des formes” ; comprendre qu’on peut être belle et intelligente.
Christelle, 28 ans. Fonctionnaire de police en Gironde. Pas du genre à plaisanter.
Morgane, 33 ans. Coiffeuse dans le Finistère. D’apparence fragile. Venue à Koh Lanta pour son fils adoptif (ce n’est pas la seule).
Irya, 23 ans. Mannequin habitant dans le Val de Marne. Un coup de vent devrait la faire tomber, mais elle résiste. A une double vie.
Hakim, 36 ans. Eboueur en Loire-Atlantique. Sportif et caractériel. Tente d’arrêter de fumer à Koh Lanta. A priori spécialiste du pétage de câble.

 
 
Bref. Moi ça me fait toujours penser aux combats de catch. Il y a les méchants et les gentils. Ils s’affrontent. On s’attache à des catcheurs en particulier. On vibre (ou pas), on se prend de passion (ou pas). Les gens du premier rang sont fous. Ils sont à fond dedans. Ils hurlent, jettent des chaises… Et tout ça… Pour du cinéma. Même si c’est truqué, on se surprend, on se prend au jeu…
 
L’essentiel n’est-il pas de prendre son plaisir là où il est, et de respecter le plaisir, même simple, de chacun ?
 
Tiens, les miens sont ici au fait (on a des goûts en commun ?) … smilie
 

Catégories :Telvizoun

Incroyable !

Comme un Lundi.
 

Le scientifique Bruce Banner vit dans l’ombre, toujours amoureux de la belle Betty Ross, et parcourt la planète à la recherche d’un antidote pour guérir le mal dont il est atteint. Les politiciens qui rêvent d’utiliser ses pouvoirs ne le laissent pas tranquille.
De retour à la civilisation, notre brillant docteur est poursuivi par l’Abomination, un monstre démoniaque faite d’adrénaline et d’agressivité et dont les pouvoirs concordent avec ceux de Hulk. Une lutte digne des plus grands comics éclate lorsque Banner doit faire appel à Hulk pour sauver New York de la destruction totale.
La bande-annonce en VO :
 
 
C’est fait. Encore une fois, la Belgique est en avance sur la France. En effet, alors qu’il ne sort que le 23 juillet dans notre beau pays, ce film est déjà dans tous les salles d’outre-quiévrain depuis Mercredi dernier.
Bien sûr, tout a une explication et celle-ci est simple : la post-synchronisation.
Dans un langage plus courant, on appelle ça le doublage. C’est cette opération qui permet aux acteurs de parler dans la langue du pays où il a été distribué. C’est ainsi, par exemple, que Brad Pitt, Bruce Willis, et bien d’autres, se mettent miraculeusement à parler dans un excellent français ! Mais cette opération prend du temps (texte judicieux, bonne synchronisation du mouvement des lèvres, intonation, etc…). Mais nos amis belges n’ont pas ce problème ! Ou du moins, le leur est autre. En effet, en raison de la dualité linguistique propre à ce pays, les films sont diffusés dans leur langue d’origine avec un double sous-titrage francophone-néerlandophone, histoire de ne froisser personne. Ainsi, il suffit "juste" de rajouter les sous-titres (sans faute d’orthographe si possible 😉 ), et le tour est joué. Bien sûr, il reste toujours à trouver les bons termes, les bonnes tournures qui reflètent ce que disent les acteurs, mais une fois que le texte est calé sur l’écran, l’affaire est réglée. De plus, comme beaucoup de belges sont également anglophones, ils peuvent également se rattacher aux textes d’origine.
A noter que j’ai bien parlé de sous-titrage francophone et non français puisque l’on retrouve des termes propres à nos amis belges, comme par exemple "postposé".
 
Mais bref, revenons au film.
 
Un casting un peu plus "osé", donc, que le premier opus (les puristes parleront d’ailleurs des 2 premiers en comptant l’adaptation de la série en film dans les années 80) puisque l’on y retrouve des acteurs de premiers plans comme Edward Norton, William Hurt ou dans un moindre mesure, Liv Tyler et Tim Roth. J’avoue que, personnellement, outre le personnage de  de Hulk lui-même et les images de synthèse, c’est bien Edward Norton, que j’adore, qui a précipité mon choix. Bien sûr, cette sorte d’avant-première 4 semaines avant la France et la possibilité de voir le film en VO y sont aussi pour quelque chose.
 
Le choix a par ailleurs été fait, à la fois par le réalisateur et la production, de revenir a une conception plus proche de la BD d’origine et de la série qui en a découlé dans les années 80 avec Bill Bixby dans le rôle de Bruce Banner, et Lou Ferigno dans le rôle de Hulk. Outre le clin d’oeil "obligé" avec l’apparition de Stan Lee (l’auteur de la BD d’origine et propriétaire du label Marvel) en américain contaminé par une bouteille de soda dans laquelle est accidentellement tombée une goutte de sang du Dr Banner, on retrouve d’ailleurs Bill Bixby apparaissant dans une série à la télé, et Lou Ferigno en gardien de sécurité. De même, c’est ce dernier qui prête sa voix aux rugissements de Hulk. On notera également d’autres clins d’oeil à l’original comme la même machine qu’utilisait le Dr Banner dans la série, le thème de cette dernière que l’on entend discrétement en arrière-plan dans la première partie du film, ou le "Hulk, shrink !" ("Hulk briser"), clin d’oeil aux courtes phrases que sait prononcer le monstre vert dans le comics original.
De ses propres termes, Stan Lee avouait qu’il désirait revenir à des créations plus proches des licences d’origine après les dérives fluos des premiers Batman, ou les autres premières adaptations dans lesquelles les fans ne se retrouvaient pas vraiment. D’où un Spiderman 2 et 3 un peu plus sombre, aussi torturé que le Peter Parker d’origine, ou les récentes nouvelles versions de Batman.
Il faudra également rester jusqu’à la fin du film pour voir se rencontrer le commandant Ross et le Robert Downey Jr du dernier "Iron Man" et rapprocher cet épilogue de celui justement du récent film sur l’homme de fer, où Tony Stark rencontre "Nick Fury" (sous les traits de Samuel L Jackson), pour voir se profiler la rencontre possible Hulk-Iron Man-Nick Fury dans une possible prochaine adaptation des "Vengeurs" ("Avengers" en VO)… A suivre donc.
 
Eh bien… Je reste assez circonspect… Certes les effets spéciaux sont là. On a du spectacle et la trame suit ce que l’on peut attendre d’un tel film, y allant crescendo avec ses démonstrations de force pour terminer sur l’affrontement final avec le méchant. Mais… je reste avec un sentiment d’inachevé… Comme si on était sûr de goûter une glace au parfum qu’on aime, mais qu’on se rendait compte, à son grand étonnement, des additifs auxquels on ne fait d’habitude pas attention. Peut-être aussi qu’on ne retrouve pas forcément un Edward Norton aussi perturbé que dans "American History X", voire dans "Fight Club".
Et donc, même si j’ai cette impression qu’il me manque peut-être un petit quelque chose, cela reste bien sûr un très bon moment pour moi ! Clin d'oeil
Catégories :Cinéma Étiquettes : ,
%d blogueurs aiment cette page :