Archive

Archive for janvier 2010

Ecran de fumée législatif et imbroglio inutile

Cette loi sur la Burqa ! Une ineptie !
 
En Belgique, et plus particulièrement dans une commune chère à mon coeur, Schaerbeek, le problème a été réglé depuis quelques années :
« Hors le temps du carnaval, nul ne peut se montrer masqué ou travesti dans les rues. Sans autorisation de l’autorité compétente, il est interdit sur le domaine public de se dissimuler le visage par des grimages, le port d’un masque ou tout autre moyen, à l’exception du « temps du carnaval ».
C’est à un vrai litige que l’on assiste entre Fahiza (prénom d’emprunt), 29 ans et la zone de police Montgomery (Etterbeek, Woluwe-Saint-Pierre et Woluwe-Saint-Lambert).  
 
Cette musulmane originaire de Schaerbeek va déposer ses enfants à l’école fondamentale islamique Al Ghazzali d’Etterbeek, chaussée d’Auderghem. Mais elle est en infraction: elle porte la burqa, ou plus précisément le niqab, un voile sur le visage qui ne laisse apparaître que les yeux. Selon le règlement communal, pour des raisons de sécurité publique, il est interdit de circuler masqué dans la rue en dehors du carnaval.
200 euros
La police l’a verbalisé une première fois (35 euros). Somme payée par la dame. Mais à cause d’une récidive quelques temps plus tard, l’amende est passée à 200 euros. Estimant qu’il s’agit d’un "acharnement", la jeune maman a introduit un recours.
 
Du côté de la commune, la réaction est claire. "Le règlement est le règlement. Nous devons l’appliquer", explique Vincent De Wolf, bourgmestre MR.
CQFD.
 
En France, on fait une loi sur la Burqa… A quand une loi sur le loup de Zorro et le masque de Mickey…
 
Interdit de dissimuler son identité sous quelque déguisement ou apparat que ce soit. Point barre. Et c’est valable également pour les mecs qui n’enlèvent pas leurs casques de moto pour les livraisons. Hop là. Roule ma poule ! Sarcastique
 
On fera moins les fiers quand un terroriste aura réussi à se dissimuler et réussi à déposer une bombe quelque part…
 
Allez hop, sujet suivant, si possible un peu plus sérieux… Sarcastique
 
Bon, en même temps, ça dépend aussi de la Burqa ! Rire
 
Publicités
Catégories :Actualités et politique

Déception

28/01/2010 1 commentaire
Après la polémique sur une certaine révolution, une chronique d’un flop annoncé ? Ou pas…
 
 
Outre les photos de iLounge qui peuvent faire rêver (quoique… Sarcastique), j’ajouterais, pour ma part, une neuvième raison :
 
ARCHOS bouleverse de nouveau les codes et présente l’ARCHOS 9 PCTablet. Les équipes design d’ARCHOS se sont surpassées pour réaliser un Netbook d’un tout nouveau genre. En s’appuyant sur leur savoir-faire dans l’univers des Tablettes Multimédia, ils ont conçu un PC combinant les usages d’un ordinateur traditionnel avec les codes esthétiques et ergonomiques des interfaces tactiles qui ont fait la réputation d’ARCHOS.

Des lignes pures, 17 mm d’épaisseur pour un poids d’environ 800g, un noir profond, l’ARCHOS 9 franchit un nouveau cap dans la recherche de la portabilité, de l’élégance et de la simplicité pour un Netbook et comblera les utilisateurs les plus nomades. D’une prise en main facile et immédiate, l’ARCHOS 9 va transformer votre manière d’utiliser un PC.
Dépourvu de clavier, son écran tactile, son clavier virtuel et son trackpoint optique intégré permettent de surfer sur Internet, de communiquer, de travailler et de se divertir n’importe où.

  • Regardez tout votre contenu multimédia y compris vos vidéos HD*
  • Utilisez vos logiciels habituels, tels que Windows® Live™ Messenger ou Skype® avec Windows 7, ainsi que Lotus Symphony.
  • Restez connecté à Internet et à vos emails grâce aux connexions WiFi, Bluetooth ou Ethernet
  • Ecran tactile 9” (1024×600)
  • Microsoft Windows 7
  • Disque dur 60 Go
  • USB, Wifi, Ethernet, Bluetooth
  • AUTONOMIE  Environ 5 heures
  • Webcam intégrée
  • Béquille intégrée (2 positions)
  • DIMENSIONS  256 x 134 x 17 mm
  • POIDS  800 grammes
  • Suite bureautique complète
  • Lecteur de Web TV et Web Radio
  • Windows Live™ 
Pour ma part, cela fait 7 ans que je suis abonné à Archos avec, tout d’abord, mon Archos Jukebox FM Recorder, puis mon Archos AV340 (le même avec un écran et enregistreur numérique MP4) :

et  

 
Bref, Archos, encore une fois, montre sa différence en présentant un bon iPad killer par excellence…
 
Catégories :Technologie

Révolution… Ou non ?

27/01/2010 2 commentaires
Grand jour aujourd’hui !
 
C’était l’annonce de la sortie de la tablette Apple que tout le monde attendait et qui faisait le buzz technologique dernièrement :
 
 
J’ai suivi tout le reportage en direct ! Twitter d’Europe 1, Le live de lepost.fr, celui de tablet-mac.fr
 
Un iTouch A4 donc… la batterie… 10 heures. San francisco tokyo avec une seule charge, wifi 802 et bluetooth, 1ghz apple A4 chip et 16 à 64 GB de memoire de stockage. Il est fin 0,5 inches, 1,5 pounds 9.7 inch pour l’écran.
 
Et pour une belle mise en abîme… J’ai regardé le live de cette tablette d’Apple… sur mon Tablet PC Rire :
 

Vous verrez ce que c’est de se balader chez soi à regarder la "télé" plate dans la main… La classe ! Rire
 
Les prix ? De 499$ à 829$ dans ses déclinaisons Wifi/3G 16 Go, 32 Go et 64 Go :
 


A voir ce que cela donnera en euros…

Vous voulez voir comment vous regarderez votre ordi/tablette/télé demain… Eh bien, comme ceci :
 

Eh oui… Moi ça fait déjà plus de 4 ans que je le fais… Rire La dernière référence en date : 05/02/2009.
 
Catégories :Technologie

Vol direct !!!

Yes  !!!
 
La semaine dernière dans La Voix du Nord.
 
Ryanair décollera de Lesquin vers Gérone – Barcelone à partir du 5 mai
Mercredi 20.01.2010, 05:04
 
Ryanair envisage d’embarquer quarante mille passagers par an sur cette nouvelle ligne vers l’Espagne.

Ryanair pose encore un peu plus ses valises à l’aéroport de Lesquin. Après Marseille et Porto, la compagnie irlandaise à bas coûts proposera des vols vers Gérone – Barcelone, en Espagne, à partir du 5 mai.
Encore une touche de jaune et de bleu, les couleurs de Ryanair, sur les écrans de l’aéroport de Lesquin. À partir du 5 mai, la compagnie aérienne irlandaise à bas coût proposera des vols vers Gérone (Espagne), à une centaine de kilomètres de Barcelone. Trois allers-retours par semaine sont programmés, le lundi, le mercredi et le samedi. Ryanair envisage d’embarquer quarante mille passagers par an sur cette ligne et de créer quarante emplois.
 
Déjà 220 000 passagers
« Des études ont révélé qu’il y avait une demande dans les deux sens, tant pour les vacances que pour le business, explique Janita Govinden, responsable des ventes et du marketing pour la France. Nous faisons confiance à l’aéroport qui a un potentiel important pour notre réseau. » Depuis son arrivée à Lesquin en octobre 2008, Ryanair a transporté 220 000 passagers et créé 220 emplois.
 
Centralwings s’était essayé à des vols entre Lesquin et Gérone – Barcelone. « Ça cartonnait ! », selon Jean-Christophe Minot, PDG de l’aéroport de Lesquin. Mais la ligne avait disparu des écrans nordistes au bout de quelques semaines, lorsque la compagnie polonaise avait fermé, au milieu de l’année 2008.
 
Cette ligne Ryanair est la troisième de la compagnie low-cost au départ de l’aéroport nordiste, après Marseille (depuis octobre 2008) et Porto (depuis septembre 2009). Des vols saisonniers avaient été proposés cet été vers Pise (Italie) et Alicante (Espagne). Ils ne seront pas reconduits cette année.
 
On connaît le système Ryanair, avec ses réservations et ses enregistrements sur le site Internet, son service minimum à bord, ses options payantes, ne serait-ce que pour entreposer ses bagages dans la soute. Mais la compagnie est aussi très ponctuelle (93 % des vols), dispose d’une flotte jeune (deux ans en moyenne) et propose des billets à 32 euros en moyenne sur ses lignes européennes. La méthode fonctionne : alors que de nombreuses compagnies ferment ou fusionnent, Ryanair affiche encore une croissance de 13 % cette année et devrait dépasser Air France – KLM en terme de passagers transportés en 2010.
 
Réservations sur www.ryanair.com
PAR VALÉRIE SAUVAGE
Trop génial !!! Rire
 
Catégories :Voyages

Une forêt, la nuit…

24/01/2010 3 commentaires
Courir dans le noir…
 
Détails
Temps intermédiaires
Départ : 20:34:31
Durée : 02:06:23
Distance : 8.68 km
Vit. moy. 4.1 km/h
625.2 Cal
 
01. 00:15:56 – 0.92 km
02. 00:09:24 – 1.39 km
03. 00:10:09 – 2.31 km
04. 00:04:48 – 2.67 km
05. 00:03:46 – 2.97 km
06. 00:05:10 – 3.54 km
07. 00:07:53 – 4.15 km
08. 00:04:30 – 4.46 km
09. 00:12:23 – 5.23 km
10. 00:05:10 – 5.55 km
11. 00:14:16 – 6.71 km
12. 00:11:39 – 7.48 km
13. 00:17:21 – 8.28 km
14. 00:03:47 – 8.68 km
 
 
Une visibilité à 4m aux alentours… Un temps pas des plus cléments… La buée et l’évaporation du corps qui obstruent le rayon de la lampe frontale… Une boussole premier prix offerte pas des plus précises… Un porte-indications qui se casse juste au départ de la course… Un lacet qui fait de même au beau milieu du parcours… Une course dans la forêt à la "Blair Witch"… Des flaques de boue que l’on découvre au dernier moment… Trop tard… Des agressions de branches et de ronces… Des jambes zébrées de rouges… Une dernière balise qui n’est plus là… parce que le parcours est terminé et que le ramasseur est déjà passé (Heureusement qu’on le voit de loin !)
 
Eh bien j’ai adoré ! Même pas peur ! Une petite soupe pour se réconforter en fin de parcours… Et quel bonheur de se changer et de retrouver une douche bien chaude ! Rire
 
Catégories :Hobbies

Comment fa marfe ?

F’est frès fimple.
 
 
Reprenant Gainsbourg reprenant lui-même le livre ci-présent :
 
"Les gens, des fois, il faudrait avoir
un mode d’emploi !"…
 
Prem’s (et en même temps, déjà fait donc. Ca fait pratiquement 5 ans que j’y bosse mine de rien ! Rire).
 
Curtis, mode d’emploi :
 
 
 
Catégories :Humeur

Invincible ? Invaincu ?

La catégorie de ce billet pourrait être également "Cinéma" (version texte, version image)… De fait :
 
Je ne cache nullement le copier/coller de l’article Wikipédia qui lui est consacré (mais que, comme d’habitude, je me retrouve à devoir sauvegarder ici en cas de suppression de ce dernier comme c’est déjà arrivé par le passé ) :

Invictus (poème)

Invictus est un court poème de l’écrivain William Ernest Henley qui fut cité à de très nombreuses reprises dans la culture populaire et qui contribua à le rendre célèbre. C’est le poème préféré de Nelson Mandela. Il est notamment repris dans le film Invictus de Clint Eastwood.

Le titre latin signifie « invaincu, dont on ne triomphe pas, invincible »[1] et se fonde sur la propre expérience de l’auteur puisque ce poème fut écrit en 1875 sur son lit d’hôpital, suite à son amputation du pied. À l’origine, ce poème ne possédait pas de titre, celui-ci fut ajouté par Arthur Quiller-Couch en 1900.

William Henley disait lui-même que ce poème était une démonstration de sa résistance à la douleur consécutive à son amputation.

Original[2]
Traduction littéraire [Note 1]
Traduction littérale [Note 2]
Traduction littérale [Note 3]

Out of the night that covers me,
    Black as the pit from pole to pole,
I thank whatever gods may be
    For my unconquerable soul.

In the fell clutch of circumstance
    I have not winced nor cried aloud.
Under the bludgeonings of chance
    My head is bloody, but unbow’d.

Beyond this place of wrath and tears
    Looms but the Horror of the shade,
And yet the menace of the years
    Finds and shall find me unafraid.

It matters not how strait the gate,
    How charged with punishments the scroll,

I am the master of my fate:
    I am the captain of my soul.

Dans la nuit qui m’environne,
Dans les ténèbres qui m’enserrent,
Je loue les Dieux qui me donnent
Une âme, à la fois noble et fière.

Prisonnier de ma situation,
Je ne veux pas me rebeller.
Meurtri par les tribulations,
Je suis debout bien que blessé.

En ce lieu d’opprobres et de pleurs,
Je ne vois qu’horreur et ombres
Les années s’annoncent sombres
Mais je ne connaîtrai pas la peur.

Aussi étroit soit le chemin,
Bien qu’on m’accuse et qu’on me blâme

Je suis le maître de mon destin,
Le capitaine de mon âme.

Hors de la nuit qui me recouvre,
Noire comme un puits d’un pôle à l’autre,
Je remercie les dieux, quoi qu’ils puissent être
Pour mon âme indomptable.

Tombé dans l’étreinte des circonstances
Je n’ai pas gémi ni pleuré à voix haute.
Sous les coups de la fortune
Ma tête est ensanglantée, mais redressée.

Au-delà de ce monde de colère et de pleurs
Ne plane que l’Horreur de l’ombre.
Et pourtant la menace du temps
Me trouve et me trouvera, sans peur.

Peu importe l’étroitesse de la porte,
Le nombre des punitions sur le parchemin,

Je suis le maître de mon destin :
Je suis le capitaine de mon âme.

Depuis l’obscurité qui m’envahit,
Noire comme le royaume de l’enfer,
Je remercie les dieux quels qu’ils soient
Pour mon âme indomptable.

Dans l’étreinte féroce des circonstances,
Je n’ai ni bronché ni pleuré
Sous les coups de l’adversité.
Mon esprit est ensanglanté mais inflexible.

Au-delà de ce monde de colère et de larmes,
Ne se profile que l’horreur de la nuit.
Et pourtant face à la grande menace
Je me trouve et je reste sans peur.

Peu importe combien le voyage sera dur,
Et combien la liste des châtiments sera lourde,

Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

Notes

  1. Traduction qui suit accentue le caractère religieux du poème, ce qui n’est pas le reflet exact du texte original
  2. Plus fidèle au texte original bien que moins poétique que la précédente.
  3. Traduction sans contraintes poétiques ni littérales mais plus proche de l’esprit original du poème.

Références

  1. Dictionnaire Gaffiot Latin-Français, édition Hachette, 1934
  2. Texte original dans le Oxford Book of English Verse 1250-1900 par Arthur Quiller-Couch en 1931 par les Clarendon Press. Disponible sur la Wikisource anglophone : Invictus.
Citer Wikipédia, citer Yahoo (toujours pour les mêmes raisons de présence éphémère des informations sur Internet) :
William Ernest Henley (23 août 1849 — 11 juillet 1903) est un poète, critique littéraire et éditeur britannique.
Né à Gloucester, il a reçu une éducation non religieuse à la grammar school Crypt. Atteint d’une tuberculose osseuse à l’âge de 12 ans, il dut subir une amputation d’un de ses pieds à mi-jambe. L’écrivain Robert Louis Stevenson, dont il était l’ami, s’inspira de son handicap pour décrire le personnage de Long John Silver, le fameux pirate de son roman d’aventures L’Île au trésor. Henley et Stevenson collaborèrent d’ailleurs à l’écriture de plusieurs pièces de théâtre.
En 1875, il écrit de son lit d’hôpital le fameux poème Invictus dont le titre latin signifie "invincible". Il disait lui-même qu’il avait écrit ce poème comme une démonstration de sa résistance à la douleur qui suivit son amputation du pied. Ce poème fut l’objet de nombreuses citations.
Il a été très critiqué par l’Église pour ce poème, notamment pour les deux derniers vers, les plus fréquemment cités :
« Je suis le maître de mon destin, le capitaine de mon âme. »

Ou encore :
D’une manière générale les titres de films sont toujours mal traduits; soit par des producteurs qui n’ont rien à cirer de la #langue!! soit par des informaticiens illettrés qui traduisent par ex: No Passengers! par /sans voyageurs/ ?? alors qu’en américains çà veut dire !: il est interdit de monter dans ce bus! ou alors "A River Flows Thru It" –une rivière coulait– ?? ; moi : En son milieu coulait un fleuve" — moi, moi, moi, pour qui elle se prend?

– moi je traduirais ce titre par : "Indomptable"
« Je suis le maître de mon destin, le capitaine de mon âme. ». Il est bon de le rappeler. J’ai l’impression que beaucoup de personnes oublient ce point en ce moment. Sarcastique
Catégories :Culture
%d blogueurs aiment cette page :