Accueil > Débats et opinions, Livres, Ordinateurs et Internet, Science, Sociologie > Ordinateur ou stylo: apprend-on aussi bien en prenant des notes à la main ou sur clavier ?

Ordinateur ou stylo: apprend-on aussi bien en prenant des notes à la main ou sur clavier ?

Se demande bfmtv.

amphithéâtre

Dans les amphithéâtres, l’ordinateur a supplanté le stylo (photo d’illustration) – Charly Triballeau-AFP

Ordinateur ou stylo: apprend-on aussi bien en prenant des notes à la main ou sur clavier?

08/10/2019 à 06h17

Ils sont omniprésents sur les bancs de l’université. Les ordinateurs ont remplacé feuilles et stylos. Ce qui n’est pas forcément synonyme de réussite, estiment certains.

Dans les amphithéâtres des universités, les salles de classe ou les bibliothèques, les ordinateurs portables ont fleuri ces dernières années pour remplacer cahiers et stylos. Car si les téléphones n’ont plus le droit de cité dans les écoles et collèges, les ordinateurs ont quant à eux la voie libre dans l’enseignement supérieur, exceptés les quelques établissements ou enseignants qui les prohibent durant les cours.

Rédiger pour mémoriser

En plus de la dispersion de l’attention, avec le risque que les étudiants n’écoutent que d’une oreille et filent se distraire sur Internet, certains assurent que la prise de note sur clavier n’a pas la même efficacité que la prise de note manuscrite. En écrivant à la main, les étudiants font davantage fonctionner leurs méninges. Des chercheurs américains de la prestigieuse université de Princeton sont arrivés à ces conclusions.

« Nous avons constaté que les étudiants qui prenaient des notes sur des ordinateurs portables obtenaient de moins bons résultats sur des questions conceptuelles que les étudiants qui prenaient des notes à la main. Alors que l’écriture manuscrite peut être bénéfique, la prise de notes sur clavier qui transcrit mot pour mot le cours plutôt que de traiter l’information et la reformuler est préjudiciable à l’apprentissage. »

Denis Alamargot, professeur de psychologie cognitive à l’Université de Paris-Est Créteil, dresse la même analyse. Rédiger permet de mémoriser. « Lorsque l’on trace soi-même les lettres, on est acteur de la production du mot et cela renforce la mémorisation, assure-t-il à BFMTV.com. Or sur un clavier, le geste est le même pour chaque lettre. L’écriture manuscrite est un véritable outil d’apprentissage. »

Plus de liberté

L’écriture stylo en main offre aussi davantage de liberté. Céline Combes, maîtresse de conférence en psychologie du développement au laboratoire de psychologie des Pays de la Loire à l’Université d’Angers, estime que la rédaction manuscrite permet de s’approprier davantage le contenu que la dactylographie.

« En écrivant, on réalise des associations, remarque-t-elle pour BFMTV.com. Cela permet de réaliser un effort de synthèse puisque l’on ne peut pas tout noter. Ce qui est une première étape dans le travail d’apprentissage. »

Danièle Dumont, formatrice en pédagogie et rééducation de l’écriture, partage la même analyse. Le stylo permet, selon elle, de mobiliser ses propres codes d’écriture et de lecture. « En écrivant à la main, on n’est pas obligé de rédiger de manière linéaire, indique-t-elle à BFMTV.com. On peut séparer la page, faire appel à des abréviations, des schémas, des dessins pour catégoriser et organiser sa pensée de manière plus efficace. »

Des textes de moindre qualité

Sans compter qu’écriture manuscrite et qualités rédactionnelles seraient intimement liées. Denis Alamargot, également directeur adjoint de l’Institut national supérieur du professorat et de l’éducation (Inspé) de l’académie de Créteil et du laboratoire de recherche cognitions humaine et artificielle, a remarqué que les enfants qui avaient des difficultés à écrire faisaient plus d’erreurs orthographiques. « Toute leur attention se consacre au tracé de la lettre, ce qui impacte leurs performances rédactionnelles. »

Des chercheurs britanniques ont mené une expérience auprès d’enfants de CM1 et CM2. Ils ont proposé à chacun de rédiger deux textes: l’un à la main, l’autre sur clavier. Ces derniers présentaient des « qualités de composition » inférieures aux textes manuscrits. « Les scripts avec clavier présentaient jusqu’à deux ans de retard de développement par rapport aux scripts manuscrits », conclut l’étude.

Car apprentissage de l’écriture et de la lecture sont intimement liés. « Le geste d’écrire crée dans le cerveau une trace sous forme de mémoire motrice qui est ensuite utile pour identifier les lettres », explique à BFMTV.com Jean-Luc Velay, chercheur au laboratoire de neurosciences cognitives de l’université d’Aix-Marseille. Ce qu’il a pu observer par IRM fonctionnelle. « En lisant, ces mêmes zones liées à l’écriture étaient réactivées. »

« À l’ère des ordinateurs, le mythe selon lequel nous n’aurions pas besoin de l’écriture manuscrite persiste, remarque pour le Washington Post Virginia Berninger, professeure à l’Université de Washington, qui a suivi la scolarité de plusieurs enfants durant cinq ans. Ce n’est pas ce que nos recherches montrent. Nous avons découvert que les élèves, jusqu’en sixième, écrivaient plus de mots, plus rapidement et exprimaient plus d’idées s’ils écrivaient à la main – écriture scripte ou cursive – que s’ils utilisaient un clavier. »

Apprendre à écrire sur clavier ?

Qu’en serait-il si l’on apprenait aux enfants à écrire directement sur un clavier? Jean-Luc Velay, également chercheur au CNRS, a mené l’expérience auprès d’élèves de maternelle. Un groupe apprenait à écrire des lettres à la main, l’autre sur clavier. Les résultats ont été stupéfiants.

« Quand on a demandé aux enfants d’identifier ces lettres, le groupe qui les avaient apprises de manière manuscrite étaient meilleurs que celui qui les avaient découvertes par clavier, et cela en seulement trois semaines. »

Le chercheur en sciences cognitives a mené un test similaire auprès de jeunes adultes avec des caractères à apprendre dans une langue étrangère. Les résultats ont été analogues. « Les lettres apprises à la main étaient mieux identifiées, poursuit Jean-Luc Velay. Cela prouve que lorsque l’on apprend à écrire, on associe une forme visuelle, un son et un geste, toute une activité motrice qui se répète lors de la lecture. »

Céline Hussonnois-Alaya

Pour ma part, on prêche un convaincu. Je ne comprends même pas comment les portables peuvent être tolérés en amphi !

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :