Accueil > Actualités et politique, Ordinateurs et Internet, Société, Technologie > BATX, ça veut dire GAFA en chinois.

BATX, ça veut dire GAFA en chinois.

Les mêmes, mais différents.

Top des applisUn article Capital.fr :

BAIDU, ALIBABA, TENCENT ET XIAOMI : CES INCROYABLES «GAFA» CHINOIS

PUBLIÉ LE 17/06/2016 À 18H58 MIS À JOUR LE 18/06/2016 À 9H29

Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi : ces incroyables «GAFA» chinois©Stephen Shaver/ZUMA/REA

Vous avez certainement déjà entendu le mot « GAFA », qui désigne les géants du web Google, Apple, Facebook et Amazon. Ils semblent partout dans nos vies, au travail comme à la maison, et gagnent des milliards de dollars chaque trimestre. Partout, sauf en Chine, qui s’est construit son propre écosystème numérique. Découvrez les GAFA chinois.

Surfer sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter, LinkedIn), chercher une information sur internet (Google, Bing, Yahoo), acheter en ligne (Amazon, Ebay, Paypal) ou allumer tout simplement un ordinateur (Apple, Microsoft), il semble impossible aujourd’hui de se passer des produits et services des géants américains du web.

Tout du moins en Occident… Car en Asie, et particulièrement en Chine, les « GAFA » sont quasi inexistants. Pourquoi ? D’abord, parce que les utilisateurs et les consommateurs chinois ne se comportent pas comme nous et n’ont pas les mêmes attentes. Mais aussi parce que les autorités encadrent fermement l’économie numérique, favorisant systématiquement les entreprises chinoises et bloquant régulièrement les accès à Facebook, Twitter, YouTube ou encore Gmail. Ces conditions uniques au monde ont donné naissance à des champions nationaux, qui par la taille du marché chinois, sont déjà au moins aussi puissants que les géants américains. Les Chinois les appellent « BATX», pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi, et ils ont largement de quoi faire trembler les « GAFA ».

Baidu : le 4ème site internet le plus visité au monde

Créé en 2000, Baidu, surnommé le Google chinois, est le moteur de recherche le plus utilisé en Chine continentale, ce qui en fait le 4ème site internet le plus visité au monde, derrière Facebook, Youtube et Google. Comme ce dernier, Baidu s’est largement diversifié, proposant de la musique, des films et des solutions de cartographie, de stockage et de paiement en ligne. Baidu devrait même dévoiler une voiture autonome en 2016.

Capitalisation boursière : 57,3 milliards de dollars

Chiffre d’affaires : 10,25 milliards de dollars en 2015 (+35%)

Alibaba : 4% du PIB chinois passe par ses sites

Alibaba est peut-être l’entreprise chinoise la plus connue en dehors de l’Empire du Milieu. En 2014, le géant du e-commerce a réalisé à New-York la plus grosse introduction en Bourse de l’histoire. Fondé en 1999 par Jack Ma, Alibaba possède les principales plateformes de e-commerce du pays (Tmall, Taobao, Aliyun) qui totalisent plus de 420 millions de clients. Le groupe possède son propre système de paiement (Alipay) et détient aussi des parts dans Youku Tudou, le « YouTube » chinois, et Sina Weibo, un équivalent de Twitter.

Capitalisation boursière : 193 milliards de dollars

Volume d’affaires : 485 milliards de dollars en 2015 (+27%), soit 4% du PIB chinois !

Chiffre d’affaires : 15,7 milliards de dollars en 2015 (+33%)

Tencent : son application WeChat cartonne dans le monde

Fondé en 1998, Tencent est une entreprise qui gère les services internet les plus populaires en Chine : le portail QQ.com, le site d’enchères PaiPai.com, de nombreux jeux en ligne et l’application de messagerie instantanée WeChat. Cette dernière connaît une croissance exponentielle avec plus de 700 millions d’utilisateurs mensuels (200 millions de plus qu’il y a un an) en Asie mais aussi en Amérique latine. Son succès s’explique par ses nombreuses fonctionnalités (messagerie, partage de fichiers, photos, actualités, e-commerce, paiement) qui combinent toutes celles des applis américaines (Whatsapp, Apple Pay, Google Actualités…).

Capitalisation boursière : 204 milliards de dollars

Chiffre d’affaires : 15,8 milliards de dollars en 2015 (+30%)

Xiaomi : la 2ème start-up la plus valorisée au monde

Encore peu connu en dehors de la Chine, Xiaomi est considéré comme l’Apple asiatique. Lancé il y a seulement 6 ans, cette entreprise a tiré son succès de produits au design très proche de celui de la marque à la pomme. Après les smartphones, elle fabrique désormais des télévisions, des objets connectés et même de l’électroménager. Xiaomi est la 2ème start-up la plus valorisée au monde derrière Uber.

Valorisation : 46 milliards de dollars

Chiffre d’affaires : 12,5 milliards de dollars (+5%).

Les étoiles montantes

JD.com : encore plus fort qu’Alibaba

Si Alibaba génère des ventes hallucinantes sur ses différentes plateformes, c’est son concurrent JD.com qui dégage le chiffre d’affaires le plus élevé du e-commerce chinois. Contrairement à Alibaba, qui référence énormément de vendeurs, JD ne propose que des produits de grande marque, plus chères et donc plus rentables. Alors que le pouvoir d’achat des Chinois ne cesse d’augmenter, JD.com est le géant chinois qui connaît la plus forte croissance dans son domaine. A l’image d’Amazon, il peut livrer ses 600 millions de clients dans la journée.

Capitalisation boursière : 27,5 milliards de dollars

Volume d’affaires : 71,4 milliards de dollars (+78%)

Chiffre d’affaires : 28 milliards de dollars (+58%)

Didi Chuxing : même pas peur d’Uber !

Né de la fusion des start-up Didi Dache et Kuaidi Dache, respectivement soutenues par Tencent et Alibaba, Didi est le service de VTC le plus populaire en Chine, comptant 300 millions d’utilisateurs. En Chine, la société gère 14 millions de trajets par jour, soit 7 fois plus que ce que réalise Uber dans le monde entier ! Après un investissement de 1 milliard de dollars d’Apple en mai, Didi vient de lever 7,3 milliards de dollars, ce qui la valorise à 28 milliards de dollars. Contrairement à Uber, Didi travaille aussi directement avec les chauffeurs de taxi en plus des opérateurs indépendants et propose même du covoiturage avec Didi Bus !

Valorisation : 28 milliards de dollars

Chiffre d’affaires : inconnu

Jonathan Chelet

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :