Accueil > Culture, Divertissement, Hobbies, Le/La ... du jour, Livres > Ce que je lis en ce moment

Ce que je lis en ce moment

Enfin, ça fait un bout de temps vu que j’en ai lu 3 depuis.
Dans les forêts de Sibérie - Sylvain TessonDans les forêts de Sibérie – essai 2011 Broché de Sylvain Tesson   (Auteur).

Descriptions du produit

Quatrième de couverture

«Assez tôt, j’ai compris que je n’allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m’installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibérie. J’ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal. Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j’ai tâché d’être heureux. Je crois y être parvenu. Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suffisent à la vie. Et si la liberté consistait à posséder le temps ? Et si le bonheur revenait à disposer de solitude, d’espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures ? Tant qu’il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu.» Sylvain Tesson revit son expérience au cœur de la Russie en une lecture habitée, intense et vibrante d’émotions. L’écoute en classe de ce CD est autorisée par l’éditeur. –Ce texte fait référence à l’édition Broché .

Biographie de l’auteur

Écrivain, journaliste et grand voyageur, Sylvain Tesson est né en 1972. Après un tour du monde à vélo, il se passionne pour l’Asie centrale, qu’il parcourt inlassablement depuis 1997. Il s’est fait connaître en 2004 avec un remarquable récit de voyage, L’axe du loup (Robert Laffont). De lui, les Éditions Gallimard ont déjà publié Une vie à coucher dehors (collection blanche, 2009, Folio n° 5142) et, avec Thomas Goisque et Bertrand de Miollis, Haute tension (Hors série Connaissance, 2009).

Détails sur le produit

  • Broché: 269 pages
  • Editeur : Gallimard (1 septembre 2011)
  • Collection : BLANCHE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 207012925X
  • ISBN-13: 978-2070129256
  • Dimensions du produit: 14,2 x 1,9 x 20,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.5 étoiles sur 5 184 commentaires client
Biographie

Écrivain, journaliste et grand voyageur, Sylvain Tesson est né en 1972. Après un tour du monde à vélo, il se passionne pour l’Asie centrale, qu’il parcourt inlassablement depuis 1997. Il s’est fait connaître en 2004 avec un remarquable récit de voyage, L’axe du loup (Robert Laffont). De lui, les Éditions Gallimard ont déjà publié Une vie à coucher dehors (collection blanche, 2009, Folio n° 5142) et, avec Thomas Goisque et Bertrand de Miollis, Haute tension (Hors série Connaissance, 2009).

Quelques extraits que j’ai notés :

Page 8 :

Quinze sortes de ketchup. À cause de choses pareilles, j’ai eu envie de quitter ce monde.

Page 22 :

Cette envie de faire demi-tour lorsqu’on est au bord de saisir ce que l’on désire.

Page 23 :

Je fais route vers le lieu de mes rêves.

19 Février :

Ce que je suis venu fuir s’abat sur mon îlot : le bruit, la laideur, la grégarité testostéronique.

23 Février :

Je connaissais le vertige vertical du grimpeur accroché à la paroi : la vue du gouffre l’effraie.

16 Mars :

Le soir, la neige toujours. Devant pareil spectacle, le bouddhiste se dit : « N’attendons rien de neuf » ; le chrétien : « Ça ira mieux demain » ; le païen : « Que veut dire tout cela ? » ; le stoïcien : « On verra ce qui adviendra », le nihiliste : « Que tout s’ensevelisse. » Moi : « Il faut que je coupe du bois avant que les rondins ne soient recouverts. » Puis je me couche après avoir remis une bûche.

03 Juin :

Rainer Maria Rilke dans la lettre du 17 février 1903 adressée au jeune poète Franz Xaver Kappus : « Si votre quotidien vous paraît pauvre, ne l’accusez pas. Accusez-vous vous-même de ne pas être assez poète pour appeler à vous ses richesses. »

À l’un de ses disciples qui proposait de creuser des canaux d’irrigation dans le potager, Confucius, l’arrosoir à la main, répondit :
« Qui sait où cela nous mènerait ? » L’avantage, dans une cabane, c’est qu’à part l’abattage d’un tronc de temps à autre, on ne modifie pas grand-chose à l’ordonnancement général.

08 Juin :

Au Baïkal, séparés par des dizaines de kilomètres de côtes, vivant dans la splendeur des bois, les hommes se déchirent comme les voisins de palier d’une vulgaire mégapole. Changez le cadre, la nature des « frères » restera la même. L’harmonie
des lieux n’y fera rien. L’homme ne se refait pas.

14 Juin :

Ma nouvelle devise : en toute chose imiter le chien ! La bionique consiste à s’inspirer des inventions de la biologie pour les appliquer à la technique. Il faudrait fonder l’école de l’éthobionique. On s’inspirerait du comportement animal pour conduire nos actes. Au moment d’agir, au lieu de demander conseil à nos héros — qu’auraient décidé Marc Aurèle, Lancelot ou Geronimo — on se dirait : « Et maintenant, que ferait mon chien ? Et un cheval ? Et le tigre ? Et même l’huître (modèle de placidité) ? » Les bestiaires deviendraient nos livres de conduite.

23 Juin :

Qui a raison ? Le moujik autarcique qui remet son âme au ciel mais ne pénètre jamais dans un magasin ? Ou le moderne athée, affranchi de tout corset spirituel, mais qui est contraint de téter les mamelles du système et de se plier aux injonctions imposées par la vie en société ?

16 Juillet :

La vie en cabane est un papier de verre. Elle décape l’âme, met l’être à nu, ensauvage l’esprit et embroussaille le corps, mais elle déploie au fond du cœur des papilles aussi sensibles que les spores.
L’ermite gagne en douceur ce qu’il perd en civilité. « Peut-être notre ancêtre était-il plus gracieux devant le plaisir, plus conscient de son bonheur, dans la proportion où il était moins délicat dans la souffrance », écrit Bachelard dans La Psychanalyse du feu.

Mon avis :

J’ai vraiment bien aimé. Un journal. Un Blog sur papier. Un très bon moment qu’on vit avec l’auteur. Très bien écrit.

En même temps, le récit d’un acte égoïste. Un égoïsme qui mène inéluctablement aux conséquences pré-finales…

Acte captivant, intrigant, passionnant, mais décevant car tellement prévisible. A reproduire ? Ou plutôt pas.

Mais merci M. Tesson, j’ai passé malgré tout un très bon moment.

 

 

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 19/02/2017 à 23:39
  2. 02/04/2017 à 23:39

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :