Accueil > Actualités et politique, Culture, Débats et opinions, Humeur, Religion > Couvrez ce sein que je ne saurais voir !

Couvrez ce sein que je ne saurais voir !

Qu’en est-il vraiment du voile islamique ?

Tout a déjà été écrit sur cette question, voire tout et son contraire.

Loin de moi l’idée de révolutionner le sujet ou d’affirmer la vraie vérité. J’aimerais juste que l’on se rende compte de ce dont on parle.

L’autre jour, je relisais mon livre « Les débuts de l’islam » et plus particulièrement la partie sur la place de la femme dans l’Islam et j’y lisais ceci :

Les femmes trouvent aussi dans le Coran des indications sur la décence de leur tenue. Quand elles sortent, elles portent un voile sur la tête et, devant le visage, une voilette.

Simple finalement ! Mais est-ce vraiment aussi simple ?

Vite fait, un petit rappel :

Déjà, à la base, lorsque l’on demande aux « initiés » si le voile est obligatoire, si le Coran en parle, s’il y est décrit, etc… La réponse est donnée via 2 sourates (chapitres) et un verset de chacun.

Il s’agit de la Sourate 24 – verset 31 (An-Nûr -النور- la lumière) :

وَقُل لِّلْمُؤْمِنَاتِ يَغْضُضْنَ مِنْ أَبْصَارِهِنَّ وَيَحْفَظْنَ فُرُوجَهُنَّ وَلا يُبْدِينَ زِينَتَهُنَّ إِلاَّ مَا ظَهَرَ مِنْهَا وَلْيَضْرِبْنَ بِخُمُرِهِنَّ عَلَى جُيُوبِهِنَّ وَلا يُبْدِينَ زِينَتَهُنَّ إِلاَّ لِبُعُولَتِهِنَّ أَوْ آبَائِهِنَّ أَوْ آبَاء بُعُولَتِهِنَّ أَوْ أَبْنَائِهِنَّ أَوْ أَبْنَاء بُعُولَتِهِنَّ أَوْ إِخْوَانِهِنَّ أَوْ بَنِي إِخْوَانِهِنَّ أَوْ بَنِي أَخَوَاتِهِنَّ أَوْ نِسَائِهِنَّ أَوْ مَا مَلَكَتْ أَيْمَانُهُنَّ أَوِ التَّابِعِينَ غَيْرِ أُولِي الإِرْبَةِ مِنَ الرِّجَالِ أَوِ الطِّفْلِ الَّذِينَ لَمْ يَظْهَرُوا عَلَى عَوْرَاتِ النِّسَاء وَلا يَضْرِبْنَ بِأَرْجُلِهِنَّ لِيُعْلَمَ مَا يُخْفِينَ مِن زِينَتِهِنَّ وَتُوبُوا إِلَى اللَّهِ جَمِيعًا أَيُّهَا الْمُؤْمِنُونَ لَعَلَّكُمْ تُفْلِحُونَ

Qui donne, dans sa version française (pour le début qui nous importe) :

Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs soeurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu’elles possèdent…

et la Sourate 33 – verset 59 (Les Coalisés – الاٴحزَاب)… qui ne m’intéresse pas car il parle de lui-même :

يَا أَيُّهَا النَّبِيُّ قُل لِّأَزْوَاجِكَ وَبَنَاتِكَ وَنِسَاء الْمُؤْمِنِينَ يُدْنِينَ عَلَيْهِنَّ مِن جَلابِيبِهِنَّ ذَلِكَ أَدْنَى أَن يُعْرَفْنَ فَلا يُؤْذَيْنَ وَكَانَ اللَّهُ غَفُورًا رَّحِيمًا

Ce qui donne dans sa version française :

ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées

Pour ce dernier verset cité (qui me fait dresser le poil rien qu’à le lire tellement il est empreint de mysogynie et de condescendance vis-à-vis des femmes), je voudrais très rapidement l’oublier tellement il m’écoeure.

Ne gardons donc que le premier, celui de la Sourate 24.

On y lit donc :

Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris

… Qu’y a-t-il de si compliqué à comprendre ?

ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris

Simple non ?

Alors, bien évidemment, tout le débat sur le voile devient

Qu’entend-on par « ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris » ?

Je vais vite lever le problème sur la partie qui fait le plus polémique, celle que j’ai mis en gras :

بِخُمُرِهِنَّ عَلَى جُيُوبِهِنَّ , à savoir : qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines

Encore une fois, qu’y a-t-il de si compliqué à comprendre ? On y dit juste de descendre leur voile de visage sur leur poitrine pour ne pas montrer leur décolleté voire leurs seins… Une tempête dans un verre d’eau tellement tout cela est simple à comprendre.

On trouve d’ailleurs sur internet ce genre d’arguments pour remettre le texte dans son con-texte :

Dans le verset 31 de la sourate an-nour, il est demandé aus femmes de rabattre leur voile sur leur poitrine, la raison en est simple, elles se baladaient les seins à l’air pour être plus agicheuses

Je vais essayer de simplifier tout cela : la femme ne doit pas être provoquante et cacher ses atours (et accessoirement ses seins, la traduction de جُيُوبِهِنَّ -jouyoubihina- étant « girons ») pour les réserver à son mari…

… Et donc ? Où est le problème ? Que du bon sens !

Eh bien, justement, le problème est là : qu’entend-on par « atours » ? S’agit-il donc uniquement des seins ? Des formes ? Des cheveux ? Des yeux ? Bref, de tout ce qui peut attirer un autre homme et que le mari ne veut pouvoir garder que pour lui ?

Alors, là, oui. On peut évidemment dire que les seins sont un atout de séduction, que les cheveux aussi, que les yeux aussi, que la bouche aussi ! Alors qu’il faut cacher tout ça : les seins, la bouche, les yeux, les cheveux… Voire les mains ! Bref, tout ce qui potentiellement peut séduire un autre homme et que leur mari peut ressentir comme offensant de voir dévoiler !

Bref, le début et la fin de tout. Pour que la femme ne soit pas tentante, elle doit se couvrir complétement. Sinon, l’homme étant tellement faible et la femme tellement fourbe dans sa séduction qu’il sera inévitablement tenté et qu’elle doit donc complétement se couvrir.

On y voit donc là toute une absurdité qui n’a que pour seule excuse la faiblesse de l’homme qui ne peut résiter ne serait-ce qu’à une main gracile et tellement féminine dépassant d’une tenue qui ne laisse entrevoir que cette partie !

Soyons sérieux et contemporain quelque peu.

Personnellement, je ne suis pas sûr qu’une femme couvrant ses seins soit moins provoquante qu’un léger décolleté.

J’en ai déjà mis la preuve sur mon blog avec une ou plusieurs photos de Majda Rida (j’adore !), présentatrice de Direct 8, où un haut moulant ne me semble pas moins sexy qu’un décolleté… peut-être même au contraire : ->

Les gars, réveillez-vous : la femme est belle et a été faite pour plaire à l’homme… Et réciproquement ! Ne serait-ce que les yeux d’un homme ne sont-ils déjà pas une tentation pour la femme également ?

La femme est une fourbe et une tentatrice et l’homme est faible. Voilà la « belle » morale ?!

Et tout celà donne des tenues abracadabrantesques telles que les maillots de bain-voile (burkini ? Plutôt sexy d’ailleurs !) ou les voiles couvrant même les mains.

Bref, un grand manque d’égalité, un raisonnement machiste et mysogine. Un écrit d’homme pour les hommes, grotesquissime pour 5 raisons :

  • Ce qu’on cache suscite l’envie.
  • Ce qui est différent suscite la curiosité.
  • L’homme se montre fort en résistant à la tentation et non en l’occultant.
  • La femme mariée a d’autres façons de se montrer digne de son mari. Tout ce qui lui suffit de faire, c’est d’avoir une tenue (et un comportement) descent(e), et il en est exactement de même pour son mari ! Question de respect, de réciprocité, d’égalité.
  • Dans ce récit, il est nullement indiqué que l’homme doit se couvrir également. C’est bien triste.

Un avis perso, si je puis me permettre : même si je respecte ce choix (vit-on dans un pays libre ?), non, le voile intégral n’a pas sa place sur une plage. Sauf si tout le monde est dans cette tenue (même les hommes, ce qui évitera le « magnifique moule-b*rnes » !), ou que, à l’inverse, les femmes voilées acceptent de voir des femmes seins-nus sur cette même-plage (si tu affiches ton droit à la liberté, accepte celui des autres !).

Plus communément, il serait plus simple de répéter encore et encore « A Rome, fais comme les romains ! » (plutôt les romaines ?). Question de dress-code.

Ah oui, le titre ! Pour rappel, l’extrait du Tartuffe de Molière (Acte III – scène 2) :

TARTUFFE

Que voulez-vous?

DORINE

Vous dire.

TARTUFFE. Il tire un mouchoir de sa poche.

Ah! mon Dieu, je vous prie,
Avant que de parler prenez-moi ce mouchoir.

DORINE

Comment?

TARTUFFE

Couvrez ce sein que je ne saurais voir:
Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées.

DORINE

Vous êtes donc bien tendre à la tentation,
Et la chair sur vos sens fait grande impression!
Certes je ne sais pas quelle chaleur vous monte:
Mais à convoiter, moi, je ne suis pas si prompte,
Et je vous verrais nu du haut jusques en bas,
Que toute votre peau ne me tenterait pas.

Allez, un petit plaisir pour la route :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :