Dans les clous !

Comment traverser quand on est un piéton ?

Ceci pour réagir à l’article de Ouest France du 10/06/2014 :

Verbaliser les piétons, est-ce légal ?

PAR YVES-MARIE ROBIN

Vendredi, à Saint-Etienne, 126 piétons ont été verbalisés en l’espace de 45 minutes.

ACTUALITÉ

Durant plusieurs jours, la police stéphanoise a sanctionné les habitants traversant en dehors des passages protégés. Que dit la loi ? Est-ce fréquent ? Maître Éric de Caumont, chroniqueur sur RTL dans l’émission de Julien Courbet, répond.

Allez les ver… balisations à Saint-Etienne ! Jusqu’à ce mardi midi, au cœur de la capitale de la Loire, les policiers municipaux et nationaux ont multiplié les amendes à l’encontre des piétons en infraction. Cible privilégiée des forces de l’ordre ? Les habitants traversant les chaussées en dehors des passages protégés ou lorsque la priorité était donnée aux voitures.

126 en 45 minutes

Vendredi, 126 piétons ont été verbalisés en l’espace de 45 minutes, dans huit quartiers de la ville. Montant du PV ? 4 € en général à payer sous 45 jours, voire 38 € si la faute était plus importante. Cette opération de sécurité a été lancée par la préfecture et le procureur de la République alors que les accidents se multiplient dans le département.

En 2009 à Paris, un piéton s’était aussi fait taper sur les doigts.

Sept personnes à pied ont, en effet, été tuées dans la Loire depuis le mois de janvier, dont quatre à Saint-Etienne. Les policiers ont décidé de hausser le ton, leurs conseils et rappels au règlement n’ayant pas été entendus et compris. « Dans le centre-ville où il y a le tramway, les piétons se comportent comme sil ny avait plus de voitures. Ils ne regardent pas pour traverser et se font percuter », note un policier.

« Tout rappel à la loi est le bienvenu »

Cette verbalisation est-elle légale ? Oui, parfaitement. Elle est prévue dans les articles R412-37-38-43 du Code de la route. Ce texte précise que « les piétons sont tenus d’utiliser les passages prévus à leur intention, lorsqu’il en existe un à moins de 50 m. Quand la traversée d’une chaussée est réglée par des feux, les piétons ne doivent s’engager qu’au feu vert. Le fait, pour tout piéton, de contrevenir à ces dispositions est puni de l’amende prévue pour les contraventions de première classe, soit 4 € ».

Si certains estiment que réprimer n’est pas utile, privilégiant plutôt la pédagogie, Maître Éric de Caumont pense, lui, « que tout rappel à la loi ne peut pas faire de mal ». Selon cet avocat à la cour, spécialisé dans la défense des droits des automobilistes, cette verbalisation « est très rare en trente ans de carrière, j’ai dû en voir deux ou trois fois mais elle est parfaitement légale. Ce n’est pas inopportun de le faire, dans la mesure où des usagers fragiles de la circulation piétons, cyclistes, rollers ont tendance à considérer qu’ils ont tous les droits. »

En 2009 à Paris, un piéton s’était également fait taper sur les doigts. Il avait traversé alors que le feu piéton était rouge et qu’il n’y avait pas de voiture. Un fonctionnaire de police l’a vu et l’a réprimandé. Pour les forces de l’ordre, « tout est sanctionnable dès lors qu’il y a faute de l’usager ». Même jeter un papier sur la voie publique peut entraîner un procès-verbal !

Mouaip…

Reprenons déjà ce qui est dit dans ces articles grâce au site preventionroutiere.asso.fr :

Les droits des piétons en traversée de chaussée ont été clarifiés par décret en 2010. Désormais, lorsqu’un piéton s’engage ou manifeste de façon claire l’intention de s’engager dans la traversée d’une chaussée, les véhicules doivent lui céder le passage et, si besoin, s’arrêter. Dans une zone de rencontre ou sur une aire piétonne, le piéton qui chemine est déclaré, une fois pour toutes, prioritaire.

Bien sûr, le piéton reste soumis au respect des règles qui le concernent :

  • S’il existe un passage pour piétons à moins de 50 mètres, vous devez l’utiliser (art. R412-37).
  • S’il n’existe pas de passage, vous devez traverser selon un axe perpendiculaire à la chaussée (art. R412-39).
  • Aux intersections à proximité desquelles il n’existe pas de passage pour piétons, vous devez traverser la chaussée en prolongement du trottoir (pas de traversée en diagonale) (art. R412-37).
  • Vous ne devez traverser qu’après vous être assuré de pouvoir le faire « sans risque, en fonction de la visibilité, de la distance et de la vitesse des véhicules » (art. R.412-37)
  • Lorsque la traversée de la chaussée est réglée par un feu de signalisation, vous ne devez vous engager que lorsque le feu est au vert pour les piétons.

Tout piéton ne respectant pas ces dispositions encourt une amende forfaitaire de 4€.

Bien. OK. Donc, je vais parler de mon cas :

Au bout de ma rue, il y a un boulevard « limité à 70 » (avec les largesses que certains peuvent se donner par rapport à cette limitation). Lorsque j’arrive au bout de ma rue, si je veux traverser ce boulevard, j’ai le choix entre remonter 200 mètres ou avancer de 300 mètres… car, sur 500 mètres, il n’y a pas de passage pour piétons.

Donc, si je comprends bien le code de la route, et si je reprends ce qui est marqué ci-dessus, voici ce que me disent les articles R412-37 R412-39 pour résoudre ce problème :

S’il n’existe pas de passage, vous devez traverser selon un axe perpendiculaire à la chaussée (art. R412-39). Vous ne devez traverser qu’après vous être assuré de pouvoir le faire « sans risque, en fonction de la visibilité, de la distance et de la vitesse des véhicules » (art. R.412-37)

OK. Donc je peux en toute légitimité traverser ce boulevard… en prenant les précautions d’usage… Cool. Je trouve ça dangereux, et bizarre… Mais cool.

Moi qui me posais la question : « Comment traverser s’il n’y a pas de passage pour piéton ? Puis-je traverser en dehors du passage qui est à 5-10 mètres ? Suis-je plus en sécurité quand je traverse en dehors du passage quand il n’y en a pas ou quand il est à 5 mètres ? », j’ai mes réponses.

En même temps, c’est bizarre. J’ai l’impression, à la lecture du code de la route qu’il y a plus de légitimité à traverser dans un endroit où il n’y a pas de passage (autorisé par l’article R412-39), qu’à traverser à 5 mètres d’un passage existant (interdit par l’article R412-37).

J’ai même l’impression que cette histoire d’amende à 4€ risque de ne pas rester à ce tarif encore longtemps… Allez, je prends le pari que le gouvernement va bientôt profiter de cette nouvelle manne pour faire rentrer de l’argent dans les caisses en faisant des focalisations sur ces piétons qui traversent en dehors des clous et en profiter pour augmenter cette amende de 4€ (12 € ?).

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :