Accueil > Actualités et politique, Aliments et boissons, Débats et opinions > Tickets restaurants électroniques : que du bon ?

Tickets restaurants électroniques : que du bon ?

Pas si sûr.

Tickets resto dématérialisésVous le savez peut-être, depuis le 1e Janvier 2013, Monéo a officiellement lancé sa solution de tickets restaurants électroniques sous la forme de la carte à puce moneo-resto.

De plus, l’arrêté du 17 juin 2013 a confirmé le titre-restaurant dématérialisé en tant que titre spécial de paiement au même titre que le ticket restaurant papier.

Dieu sait si j’ai pû défendre Monéo sur mon blog, mais là, je me pose quelques questions…

Alors, quels sont les avantages et/ou les inconvénients de ces titres restaurants dématérialisés. Y a-t-il des « contre » comme des « pour » ?

Pour rappel, tout d’abord, les conditions d’utilisation des titres restaurants classiques :

  • Les titres sont exclusivement consacrés au règlement d’un repas ou de préparations alimentaires, sous réserve de leur acceptation par les professionnels. Leur utilisation é été toutefois élargie à l’achat de fruits et légumes
  • Le repas ne peut être réglé qu’avec un seul ticket. Cependant, une tolérance de deux titres maximum est légalement admise.
  • Il est interdit au commerçant de rendre la monnaie sur un titre.
  • Un même salarié ne peut recevoir qu’un titre-restaurant par repas compris dans son horaire de travail journalier.
  • Les titres ne peuvent être utilisés que dans les départements de leur lieu de travail et les départements limitrophes.

Ainsi donc, comme l’indique le site du Nouvel Observateur, listons d’abord les avantages de la version dématérialisée de ces titres restaurant :

Quels avantages pour les salariés ?

  • Plus de papier mais une carte, valable 3 ans, rechargée par l’employeur tous les mois.
  • En cas de perte de la carte à puce, une nouvelle sera renvoyée. La carte est protégée par un code Pin, comme toutes les cartes bancaires, afin d’éviter les fraudes.
  • Le commerçant ne pourra plus vous dire : « On ne rend pas la monnaie ». Le montant sera débité au centime près et le solde sera consultable à tout moment sur votre compte.
  • Attention : légalement, un salarié n’a le droit qu’à un ticket restaurant par jour. Au-delà, ce peut être considéré comme un avantage en nature, avec risque de redressement fiscal à la clef – ce qui n’est jamais arrivé. Mais dans la pratique, le commerçant n’a aucun intérêt commercial à refuser deux tickets restaurants -ou plus- et ne risque pas grand-chose.
  • Seul ombre au tableau, on ne pourra plus emprunter un ticket à un collègue en cas d’oubli. De même le don d’un ticket resto aux plus démunis sera rendu impossible.

Quels avantages pour les entreprises ?

  • Plus de comptabilité et de distribution de tickets chaque mois, un simple fichier sera envoyé au prestataire des tickets et sera traité plus rapidement.  
  • Réduction des coûts : dans certaines grandes entreprises, cette tâche pouvait mobiliser plusieurs personnes du service comptabilité.

Quels avantages pour les restaurateurs ?

  • Plus de comptabilité et de tri des titres de repas en fonction de l’émetteur.
  • Plus de bordereau global à renvoyer par courrier avec les chèques déjeuner (quand ils ne se perdaient pas dans la nature…)
  • Gros gain de temps. La dématérialisation promet un délai de 48 heures pour créditer les comptes des commerçants qui jonglent souvent avec la trésorerie.

Et maintenant, si nous examinions quelques inconvénients :

Pour les sociétés qui produisent les titres restaurants

(pour rappel, Accor : les Tickets Restaurant / Chèque déjeuner : les Chèques Déjeuner / Natixis : les Chèques de table / Sodexho : les Chèques restaurant) : aujourd’hui, la rentabilité de l’activité provient en grande partie de la possibilité de faire travailler l’argent entre le moment où il est payé par les employeurs et celui où il est reversé aux restaurateurs. Avec la carte, ce temps de latence sera considérablement réduit. Passer à la carte risque donc en fait de rapporter moins aux émetteurs… ou de coûter plus cher aux restaurateurs.

Pour les salariés :

  • Traçabilité des paiements ?
  • Plus de paiement à plus de 2 tickets, voire même à plus de 1 ticket ?
  • Plus de donation de tickets (plus de possibilité de donner un ticket resto à son conjoint, son enfant, à un SDF…) ?
  • Plus d’utilisation pour la livraison à domicile ?
  • Pas de paiement autorisé pendant les vacances ?
  • Pas de paiement quand les serveurs monéo sont indisponibles (coupure de courant, coupure réseau…) ?
  • Dans certaines commerces, plusieurs personnes servent et peuvent collecter les paiements en même temps.  Si il n’y a qu’un seul terminal, comment gérer la simultanéité ?
  • Pas de possibilité de payer en dehors des heures de repas ?
  • Qu’en est-il pour ceux qui n’auraient pas envie de passer par un traiteur ou de mettre 8 € dans un repas tous les midis ?

Alors, avenir optimisé ou régression des droits et/ou des libertés ?

Publicités
  1. Henri
    27/08/2013 à 09:59

    Accor ne s’occupe plus de la marque Ticket Restaurant depuis 2010.

    Cette activité est exercée par la société EDENRED (nouveau nom de la division Accor Services) qui commercialise aussi le Ticket Kadéos et le Ticket CESU (Chèque Emploi Service Universel).

    un changement de tags serait le bievenu pour coller à la réalité.

  1. 01/12/2013 à 23:39
  2. 15/07/2015 à 23:38
  3. 06/11/2016 à 23:39
  4. 07/06/2017 à 23:39

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :