Casse-toi Libé !

Prêts à tout même son contraire.

Le monde se moque de LibéAvoir raison donne-t-il le droit d’être grossier et de se contredire ? Libération semble le prouver.

Avec sa Une dédiée à la demande de nationalité belge de Bernard Arnault, le journal Libération montre qu’il est prêt à tout, à être insultant, tout en faisant le contraire de ce qu’ils ont toujours voulu faire.

Certes, il semble évident que cette Une intitulée « Casse-toi riche c*n ! » était ultra-calculée pour amener (subtilement ? Pas sûr !) sa Une du lendemain intitulée « Bernard, si tu reviens, on annule tout !« . Coup de pub, coup marketing, buzz sur Internet, communication qui en friserait le respect… Mais au coût d’un parjure phénoménal.

En effet, n’était-ce pas ce même journal Libération qui conspua Nicolas Sarkozy lorsqu’il a lui-même proféré ces mots irrespectueux ? N’était-ce pas ce même Libération encore qui se lamentait d’entendre parler de Nicolas Sarkozy en le qualifiant de « drogue dure » pour les médias ? Alors pourquoi faire encore allusion à lui indirectement ?

Au-delà donc du manque de respect, du manque de retenue dans ses propos, qui semble montrait que Libération ose tout, c’est à ça qu’on les reconnaît, ce journal en vient même à faire tout ce qu’il a toujours dénoncé au nom du (bon ?) mot. Libération en voudrait-il à Charlie Hebdo ? Voudrait-il prendre sa place, faute d’un lectorat en perdition ?

Alors, certes, l’exil de M. Arnault à des fins d’éxonération de droits de succession est loin d’être le bon exemple à montrer. Comment expliquer aux français de continuer à se laisser faire par le fisc français quand les grands de ce monde prennent la valise d’escampette à des fins de défiscalisation ? Mais MM De Rotschild, Demorand, July…  Je vous pose la question : Etes-vous fiers de ne pas savoir relever le niveau ? Le nivellement par le bas est-il vraiment le mieux que vous puissiez faire aujourd’hui pour fustiger la droite ?

N’êtes-vous pas à même de faire mieux que ça ? Auriez-vous tant besoin de prendre des leçons de rattrapage d’éducation, de délicatesse et de traits d’esprits subtils en révisant tous les sketchs de Raymond Devos en boucle jusqu’au moment où un jeu de mot intelligent pourrait vous venir à l’esprit. Il semblerait en tout cas que le marketing et le buzz vous lobotomisent quelque peu.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :