Accueil > Culture, Livres > Chattam 8

Chattam 8

Pas forcément le meilleur ?

Maxime Chattam - CarnagesEt encore un Maxime Chattam… Toujours dans la catégorie « Ce que je lis en ce moment »

Comme dit Wikipédia,

La Promesse des ténèbres est un roman à suspense de Maxime Chattam paru en 2009 chez Albin Michel.  

L’histoire se déroule à New York Brady O’Donnel, journaliste, rencontre une femme qui va changer sa vie. À sa poursuite, il va plonger en enfer.

Ce roman est un pré-quel de la Trilogie du Mal : L’Âme du mal, In Tenebris, Maléfices.

La Promesse des Ténèbres, Maxime Chattam

New York, mégapole de tous les possibles. De tous les excès. Où la verticalité des buildings s’oppose à celle des souterrains, toujours plus profonds, peuplés de SDF. Où des hommes se déguisent en vampires pour se repaître de la vie de leurs victimes. Où l’industrie pornographique underground se développe à une inquiétante vitesse. Au coeur de la cité, le journaliste Brady O’Donnel, dans le sillage de Rubis, femme mystérieuse et envoûtante, entame une enquête à hauts risques. L’enfer lui ouvre ses portes, fidèle à la promesse des ténèbres.

Poche: 505 pages

Editeur : Pocket (12 mai 2011)

Collection : Policier / thriller

Langue : Français

ISBN-10: 226620338X

ISBN-13: 978-2266203388

Qu’en dit Amazon ?

50 évaluations
5 étoiles: (20)
4 étoiles: (14)
3 étoiles: (5)
2 étoiles: (6)
1 étoile: (5)
Moyenne des commentaires client
Le commentaire favorable le plus utile :
5.0 étoiles sur 5 Retour aux origines
Le commentaire critique le plus utile :
3.0 étoiles sur 5 La promesse de ne pas s’ennuyer…

Le meilleur ressenti à mon goût (les 2 étoiles des commentaires dans leur ensemble) :

On est loin du niveau de la trilogie du mal. La pauvreté de l’histoire a tenté d’être compensée par une débauche de gore-porno-trash aussi improbable (j’espère !?) qu’inutile. Le livre pourrait faire 100 pages de moins tellement il y a de passages inutiles quand Brad s’auto analyse ! Au moins on apprend comment Brad a disparu, mais c’est le seul intérêt du livre.

Pour résumer, plusieurs ressentis bizarres… Voire inconfortables. C’est vrai qu’un côté un peu faussement pudibond chez moi se sent toujours extrémement mal à l’aise quand on tombe dans le facile, le sexe, le porno… Une sorte de prétexte pour en parler, pour bien tomber dans le pervers, le glauque… Et c’est une des choses qui m’ont gênées dans ce livre… Des débuts de suspense aussi… Pour un dénouement d’étape qui ne vient pas… Des sauts de coq à l’âne en plein livre, où l’on revient en arrière pour se dire « J’ai loupé une étape ? »… A tort. Et une fin… à la fois facile et alambiquée… Une sorte d’impression de « Tout ça pour ça ! » ?

C’est vrai qu’en sortant de « Carnages »  (18/03/2012), où forcément en 92 pages on va à l’essentiel, on a une impression assez poussive de ces 505 pages qui semblent n’aboutir qu’à une sorte de pétard mouillé…

Un préquel de la trilogie du mal  donc ? Autant j’ai dévoré cette trilogie, autant j’ai eu ici du mal à finir… Longuet… Où l’on soupire « Enfin ! Mouaip, bof. » à la lecture des derniers mots !

2.5/5, j’ai du mal à mettre plus. Maxime Chattam m’avait habitué à mieux.

Publicités
Catégories :Culture, Livres Étiquettes : , , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :