Accueil > Culture, Hobbies > Dis que t’es…

Dis que t’es…

à jour en orthographe ?

Dictée humourAvec Jean-Pierre Colignon. Comme le 23/10/2006, le 17/04/2010, ou le 19/02/2012

Un cordon-bleu aux cheveux rouges

Entré au service d’un duc d’Anjou à la fin des années mil(le) six cent quatre-vingt, le sémillant Albin aux cheveux carotte devint rapidement une célébrité du chaâteau Renaissance. Ce Vendéen amateur de Bbeaujolais apporta, à remplir ses fonctions de maître queuex et d’échansson, tant de fantaisie et un tel parti pris d’imprévus que les commençsaux du duc, confits dans une routine sclérosante, n’y trouvèrent pas toujours leur compte…

Aux sempiternelles escalopes panées d’hier succédèrent, sur les conseils de sa marraine, une miytilicultrice et ostréicultrice installée à Cancale, en Bretagne, les tourteaux aux scorsonères noires d’aujourd’hui. L’hypocraces traditionnel se retrouva dûment additionné d’une pincée d’un paprika venu d’Europe centrale et de quelques centimètres cubes, distillés au compte-gouttes, de la liqueur extraite de l’armoise commune, que d’aucuns nomment « herbe de la Saint-Jean ». Voire d’une orangeade et d’un citron pressé.

Quand sa mMajesté le roi, en route pour les Pyrénées atlantiques, vint à passer une nuit chez son ami le duc, Albin aux yeux pairspers et à la chevelure que plus d’un, bizarrement, voyait ponceau dûut préparer un souper des plus gouûteux. Il ne s’agissait plus de se contenter, à l’image de son prédécesseur dénué d’imagination, d’un incsipide poulet aux heures mornes des dîners languissants… Pour satisfaire la noble assemblée, il fallait étonner, et rassasier! Récapitulant par avance les agapes raffinées qu’il devait concocter, il se disait, en contemplant les fruits de mer et coquillages reçus de Cancale : « Les bulots, je vais les servir tièdes, accompagnés de psalliotes safranées; les fpholades seront très appréciées si je les saupoudre d’origan; les huîitres de marraine, il serait bien de les arroser de quelques gouttes d’un gros plant du pays nantais juste avant de les servir; enfin, les palémons charnus, tout juste rissolés, constitueront le bouquet final. »

L’excellence du souper fut, hélas, gâchée par la maladresse d’un valet qui, s’étant brûlé les doigts et s’étant pris les pieds dans le grand tapis bleu natiais Nattier, perdit l’équilibre alors qu’il servait au roi un dessert breton des plus connus. Le souverain eut à peine le temps de s’écarter en entendant le cri d’avertissement : « Sire, gare au(x) chaud(s) far(s)! ».

C’est bon ?

Publicités
Catégories :Culture, Hobbies Étiquettes : , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :