Accueil > Culture, Hobbies > Dis que t’es !

Dis que t’es !

Encore une dictée…


DictéeVivement lundi !

Enfant, j’abhorrais les dimanches.

Après le petit déjeuner, mon père parcourait les gazettes qu’il avait étalées sur la table entre le pot de confiture, les rôties et la théière.

Quand approchait l’heure de l’absyinthe dominicale, il se dirigeait vers l’estaminet, où il était censé trompetter à l’envie les nouvelles qu’il avait lues dans les canards. Exhaussé sur une chaise, il esbroufait par des apartés subtils un auditoire de quelques vingt boit-sans-soif.

Mère et moi, pendant ce temps, assistions à la grand-messe qu’elle me vantait tant mais qui m’ennuyait terriblement. Pour moultes raisons connues de lui seul, l’archevèêque venait souvent dans notre petite église. Je supputais qu’il aimait ouïr quelque hymnes méconnuse dénichése par le chef de chœur, bien loin des chorales chantées aux temples voisins.

Nous nous rejoignions ensuite chez ma tante, pour un déjeuner invariablement pantagruélique, autour de la grande table qu’elle avait dressée pour l’occasion. Mais le repas était toujours silencieux.

Et pour cause ! Mes père et mère s’étaient plus, aimés, déplus, oubliés, puis à moitié rabibochés, ils vivaient dans un statu quo ambigüu mais paisible.

Ma tante ouvrait alors son écritoire impeccablement cirée pour en sortir un livre de prières et nous dire un benedicite. Dussaisé-je vivre centenaire, usée, voire grabataire, je n’oublierai jamais cette femme molle et voluptueuse. Sans cesse enchiffrenée, elle buvait, pour soigner ses catarrhes répétées, une tisane préparée spécialement par son apothicaire : elle se composait de réglisse, polypode, lierre terrestre, ihysope, sassafras, bourrache et coquelicot.

Si cette siybarite avait eu un chouia de jugeotte, au lieu de grelotter, emmaillotée dans ses châles, elle aurait renoncé à ce remède, car la tisane provoquait des diarrhées et des vesses mémorables.

Après ces prétendues agapes, socques usées aux pieds, attifée d’un caraquco, je sortais seule. Grignotant mon oublie, j’errais sur le mail autour de terre-pleins rarement fleuris, oubliée des adultes telle une pupille de la nation.

François Rousseaux (avec l’aimable contribution de Philippe Dessouliers)


Corrigé

– Maximum 1 faute par mot, même avec plusieurs fautes dans le même mot.

– Fautes d’accent non grammaticales, traits d’union ou majuscules : 1/2 faute.

– Mots composés : chaque élément est considéré comme un mot, donc plusieurs fautes possibles.

abhorrer : même racine que horreur, donc un h deux r

dimanches : avec un s

petit déjeuner : avec ou sans trait d’union

étalées : accord du participe passé avec le c-o-d placé devant

rôties : tranches de pain grillé

censé : supposé, présumé

trompeter ou trompetter : divulguer, répandre à grand bruit

à l’envi : sans e, en rivalisant

exhaussé : surélevé

esbroufer : un seul f, étonner

apartés : nom masculin

quelque : inv. au sens de environ

boit-sans-soif : inv.

moult : adverbe inv. : plusieurs

hymne : féminin ou masculin… dans le sens de chant liturgique de l’église catholique en latin

chœur : et non cœur

chorals : nom masculin, pluriel de choral : cantique protestant

dressée : accord avec le c-o-d placé devant

plu, aimés, déplu, oubliés, rabibochés : les participes passés de verbes transitifs indirects (qui ne peuvent avoir de complément d’objet direct) demeurent invariables. On aime quelqu’un mais on déplaît à quelqu’un…

ambigu : pas de tréma ; féminin : ambiguë

écritoire : nom féminin

dussé-je : se prononce dussè-je, première personne de l’imparfait du subjonctif, cette tournure est littéraire, le e muet est remplacé par un é

usée : au féminin, la fin du texte nous renseigne sur le sexe du narrateur.

enchifrenée : vx enrhumée (un seul f)

catarrhes : nom masculin, affection des bronches

polypode : fougère commune

hysope : arbrisseau des régions méditerranéennes

sassafras : arbre de la famille du laurier

bourrache : plante annuelle très velue à fleurs bleues

NB : la recette est authentique !

sybarite : personne molle

chouia, chouïa ou chouya : un peu

jugeote, grelotter, emmailloter, grignotant: attention au nombre de t !

diarrhées : deux r un h

vesses : gaz intestinaux

agapes : nom féminin

socques : nom masculin

attifée : deux t un f

caraco : veste de femme, premier indice sur le sexe du narrateur.

oublie : nom féminin, anc. gaufre mince et légère roulée en cylindre

mail : promenade publique

terre-pleins : pl. de terre-plein

pupille : un ou une suivant qu’il s’agit d’un garçon ou d’une fille, deuxième indication sur le sexe du narrateur.

nation : pas de majuscule

usée, oubliée et seule étaient au féminin, puisqu’il s’agit d’une narratrice…

Publicités
Catégories :Culture, Hobbies Étiquettes : , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 25/04/2012 à 23:42

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :