Accueil > Divertissement, Hobbies, Lieux, Ordinateurs et Internet, Voyages > Google Maps : limitations

Google Maps : limitations

Parce qu’il n’y a pas que l’illimité

Google MapsJe continue dans la série des articles sur les produits Google, étant donné que je suis à fond dedans en ce moment.

Après Google Music donc (24/01/2012), un petit article sur Google Maps.

Comme vous aurez pu le constater, soit si vous êtes un(e) fervant(e) lecteur/lectrice de mon blog, soit si vous y faites une recherche sur Google Maps, je suis assez fan de cet outil, et je m’en sers très souvent.

La plupart du temps, j’y crée des cartes personnalisées, à l’instar du GR121b auquel je consacrais un billet il y a quelques jours (22/01/2012).

Et c’est justement à l’occasion de cette création, qui m’a pris un bon petit bout de temps je dois l’avouer, que j’ai rencontré quelques difficultés avec la création de parcours.

En effet, alors que, parti d’une simple ligne droite, je détaillais les différentes bifurcations et autres changements de chemins, Google Maps ne m’afficha plus de point intermédiaire (pour briser une droite), et ne voulut plus déplacer mon parcours… Réaction extrémement surprenante sur le coup.

Je fus d’autant plus surpris qu’il m’était déjà arrivé de récupérer/télécharger des itinéraires bien plus longs sans aucun problème !

Mais c’est en repensant au fait que ces parcours téléchargés étaient bien souvent en plusieurs parties, et en comprenant à peu près ce qui se passait (trop de points intermédiaires), que j’eus l’occasion de vérifier une nouvelle théorie quant à cet outil :

Le nombre de points intermédiaires dans un parcours Google Maps est limité !

Alors, limitation à 200 points selon certains, 400 selon d’autres, 200 points par lignes ailleurs, il s’avère effectivement que les cassures manuelles de trajet dans un itinéraire fait soi-même ne sont pas illimitées, et qu’il faut composer avec cette limite,

  • soit en retirant d’autres points intermédiaires moins cruciaux en favorisant les points importants au détriment d’une certaine exactitude de parcours,
  • soit en décomposant votre parcours en plusieurs tracés. Cette seconde solution, qui vous offrira plus de souplesse, ne vous permettra néanmoins de n’avoir une longueur totale de votre parcours qu’en additionnant mentalement la distance de vos différents tracés.

Personnellement, je préfère donc opter pour la première solution.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :