Accueil > Culture, Santé & bien-être > Impressionnant !

Impressionnant !

Le « légume oublié »

Le saviez-vous ?

L’ortie, comme beaucoup d’autres végétaux, indigènes, a perdu son statut de légume à part entière au moment où des espèces nouvelles rapportées des colonies firent leur apparition sur nos tables.

La consommation de ces plantes redevenues sauvages ne fut plus pratiquée qu’aux périodes de crises ou de famines… Leur image devint celle de légumes de misère.

Cependant, quelques-unes gardèrent un statut privilégié, la mémoire populaire conservant le souvenir de leur action bienfaisante sur l’organisme. C’est le cas du pissenlit et de l’ortie, encore aujourd’hui à la base des fameuses cures revitalisantes de printemps.

En tout cas, même si la consommation de ces derniers n ‘est encore qu ‘anecdotique, ils semblent intéresser déplus en plus de monde ; et ils n ‘ont pas fini de faire parler d’eux, surtout avec un porte-drapeau aussi glorieux que l’ortie, chef de file de ces  » légumes de demain  » !

Autre atout, son goût, ou plutôt ses goûts puisque crue ou cuite, salée ou sucrée, printanière ou automnale, elle répand des fumets différents.
Crue, elle libère une fraîche saveur de chlorophylle (qui s’apparente à celle du haricot vert). Cuite, elle gagne en fondant et en moelleux ; elle n ‘est ni âpre (un avantage sur Vépi-nord !), ni acide, ni amère. Pour certains, elle exhale des parfums marins qui rappellent l’arôme d’une bisque de fruits de mer ; d’autres font référence à un consommé de viande… Dans ce domaine la contradiction n ‘est qu ‘apparente, puisque de toute évidence c ‘est la richesse en protéines de la plante qui porte les sens à confusion. Voilà qui explique pourquoi l’ortie se marie aussi bien avec un filet de perche qu ‘avec un magret de canard…

Dans notre environnement immédiat, l’ortie est la plante la plus riche qui soit en chlorophylle, et par voie de conséquence l’une des plus riches en éléments nutritifs vitaux : protéines, vitamines, sels minéraux et oligo-éléments !

L’ortie contient jusqu’à 40 % de son poids sec de protéines (plus que le soja).
Equilibrées en acides aminés, ses protéines foliaires ont, contrairement à une idée reçue, autant de valeur que des protéines animales et plus de valeur que celles des céréales et des légumineuses.

Composition

  • Eau: 80 g/100 g
  • Lipides : de 0,7 à 1 g/100 g
  • Protides : de 5,5 à 8 g/100 g
  • Glucides : de 7 à 9 g/100 g
  • Calories : de 57 à 82 kcal/100 g.

Eléments minéraux

  • Calcium (Ça) : 630 mg/100 g (100 fois plus que la pomme.)
  • Phosphore (P) : 105 mg/100 g (2 fois plus que la carotte et le brocoli.)
  • Fer (Fe) : 7,8 mg/100 g (2 fois plus que l’épinard.)
  • Sodium (Na) : 1 mg/100 g (autant que la pomme.)
  • Potassium (K) : 410 mg/100 g (2 fois plus que le navet.)
  • Magnésium (Mg) : 71 mg/100 g (2 fois plus que le chou vert.)

Vitamines

  • Provitamine A* : 7 000 UI/100 g (1,5 fois moins que la carotte, 7 fois plus que la tomate, la laitue, le haricot.)
  • Vitamine Bl : 0,15 mg/100 g (2 fois plus que la pomme de terre.)
  • Vitamine B2 : 0,15 mg/100 g (10 fois plus que le radis, la tomate, la betterave.)
  • Vitamine PP : 0,6 mg/100 g (2 fois plus que le radis ou la laitue.)
  • Vitamine C : 333 mg/100 g (6 fois plus qu’une orange, l’ortie est le légume vert le plus riche qui soit en vitamine C.)

* La vitamine A n’existe pas chez les végétaux, en revanche les caroténoïdes, nommés  » provitamine A « , sont transformés par l’organisme en vitamine A. La provitamine se mesure en unité internationale). 1 UI correspond à 0,3 mg de vitamine A pure.

L’ortie se cuisine comme n’importe quel légume vert et notamment comme l’épinard.

* En balade, au travail, le truc du randonneur, très facile à utiliser en cas de fatigue soudaine : roulez les jeunes feuilles sur elles-mêmes, de façon à emprisonner la partie supérieure du limbe, et écrasez-les entre vos doigts ; vous pouvez alors les mastiquer et les manger sans aucun risque ! Une dizaine de feuilles redonnent plus de tonus qu’une barre de céréales et permettent de terminer sans encombre une étape harassante, ou un travail difficile !

* À la maison, préférez l’ortie hachée. Utilisez un hachoir électrique pour broyer les jeunes pousses, juste avant de les consommer, avec un peu d’huile d’olive, relevée d’une pointe d’ail, de basilic et de sel… Vous obtiendrez unpistou énergisant à consommer tel quel, avant le repas ou en accompagnement d’un plat cuisiné.

* Le fromage blanc à l’ortie fraîche est lui aussi un excellent moyen de consommer de l’ortie crue : broyez au mixeur 1 poignée déjeunes pousses avec 100 g de fromage blanc puis assaisonnez. Vous pouvez le déguster sucré, avec du miel ou salé et relevé d’épices.

* L’ortie sèche est sans doute la plus agréable façon de consommer l’ortie crue, la plus pratique aussi ! En persillade sur une salade de pissenlit, ou en saupoudrage sur vos plats, comme on le fait avec les paillettes de levure, elle viendra enrichir vos menus en quelques instants. L’ortie sèche est parfaite pour les citadins qui ne peuvent récolter chaque jour le précieux complément alimentaire.

http://ateliersante.aceboard.fr/2086-968-8412-0-ortie-legume.htm

5 utilisations surprenantes de l’ortie : http://www.intelligenceverte.org/doc/5utilisationsSurprenantesdelOrtie.pdf

Publicités
Catégories :Culture, Santé & bien-être Étiquettes : , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :