Accueil > Sociologie > « Les internautes mélangent tout »

« Les internautes mélangent tout »

C’est pas moi qui le dis…
 
Un article "20 minutes", créé le 06.05.10 à 03h46
 
Sociologue et spécialiste des relations amoureuses, Jean-Claude Kaufmann décrypte dans Sex@mour (éd. Armand Colin) les bouleversements provoqués par Internet.
 
Qui drague sur Internet ?
Avant, souvent ceux qui étaient en difficulté dans la vraie vie. Aujourd’hui des personnes qui se rencontrent sur la toile pourraient très bien draguer dans la vraie vie. Mais il faut distinguer les sites de rencontres, souvent payants, où les internautes cherchent l’amour, des blogs ou réseaux sociaux où l’on se rencontre par hasard.
 
Qu’est-ce que la Toile a changé aux rencontres amoureuses ?
Elle sépare le temps de la rencontre en deux. Celui d’Internet, où, grâce à l’anonymat, tout est possible et les discussions deviennent vite très hot. Puis, la vraie vie, où le fait d’être allé si vite sur la Toile rend les choses compliquées et fait repartir à zéro sans que ce soit vraiment un terrain neutre.
 
Internet serait donc une illusion de facilité ?
Oui, cas typique : un couple se forme, après une rencontre sur la Toile, et au moindre problème ils y reviennent ! Au lieu d’attendre comme avant que la crise passe, on prend l’habitude de retourner voir s’il y a mieux sur Internet !
 
Il vous semble plus difficile de distinguer sexe et amour sur Internet ?
Les internautes mélangent souvent tout. Certaines femmes veulent des histoires courtes, pas les hommes de leur vie, et l’expriment parce qu’il y a une affirmation d’égalité. Or quand les hommes ne sont pas dans une simple chasse sexuelle, ils ne supportent souvent pas que les femmes se comportent ainsi, et les traitent très rapidement de « salope ». C’est très dur pour elles d’assimiler les nouvelles règles du jeu.
 
Cette violence, les bouleversements décrits, l’aspect hypermarché amoureux, vous peignez un tableau assez angoissant…
Oui, mais la noirceur qui en ressort est le reflet de la société d’aujourd’hui, pleine d’égoïsme, de cynisme. Le paradoxe, c’est que derrière cette violence, les internautes ont besoin de l’amour, du couple, de caresses et de réconfort. C’est ce qui me fait conclure de manière un peu optimiste.
 
Depuis le temps que je le dis !
J’ajouterais, même au bout de 50 ans de mariage (20/10/2006, 05/11/2007, ou 08/06/2009), il y a eu une succession de hauts et de bas. Quid si on abandonne dans les premiers mois à la moindre petite contrariété ? C’est pas comme ça qu’on affronte les vrais problèmes (18/06/2009)…
 
 
Catégories :Sociologie
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :