Accueil > Humeur > Ce que je me dis en ce moment…

Ce que je me dis en ce moment…

 Il ne s’agit pas de créer les problèmes ou de ne pas les créer, mais de savoir les affronter et les résoudre quand ils apparaissent.
 
 
Personnellement, je ne me préoccupe pas qu’un problème arrive ou pas. Je n’aime pas cette vision très française qui veut que l’on s’attarde sur le problème et sa cause, au lieu de s’atteler, au plus tôt, à l’anglo-saxonne, sur sa résolution. Le problème est là. Qu’on sache d’où il vient ou qui l’a créé ce n’est personnellement pas mon souci premier. D’abord l’affronter et le résoudre, ensuite, éventuellement, en connaître la cause pour que ce problème ait moins de chance de réapparaître.
 
Quand un problème arrive à 8H30, j’aime bien qu’il soit résolu à 09H00 et non pas attendre toute la journée, voire le lendemain, en pensant qu’il s’amenuisera et/ou qu’il disparaîtra comme par enchantement avec le temps.
 
Lorsque vous avez une fuite d’eau, vous ne cherchez pas d’abord à savoir qu’est-ce qui a pû la causer ! Vous résolvez le problème au plus tôt, soit en coupant l’eau, soit en colmatant la fuite. Vous parez au plus pressé ! Vous ne laissez pas couler l’eau et partez, en espérant que ça s’arrête ! Pour moi, tout problème est similaire : on résoud le problème, et on peut passer à autre chose, l’esprit léger, d’autant plus en étant fier (ou pas ?) d’avoir résolu le problème, comme on dit, comme "un(des) grand(s)".
 
Dans ces cas-là, je n’ai qu’une phrase en tête, et les gens qui me connaissent le savent bien : SOLVE THE PROBLEM. Résous le problème.
 
Cette phrase me vient d’un film de 1995, avec Michael Douglas et Demi Moore, Harcèlement (Disclosure en VO), où Michael Douglas reçoit régulièrement un mail sur son ordinateur où un inconnu qui l’aide à sortir de la situation dans laquelle il se trouve lui écrit : "Ce n’est pas fini. Résolvez le problème !". Et cette phrase revient plusieurs fois dans le film : Solve the problem ! Solve the problem ! Solve the problem ! … Ca m’a marqué, et désormais c’est incrusté, que voulez-vous ! Ca en devient une obsession des fois… Embarrassé
 
A chaque fois, je me pose la question : qu’est-ce qui est important ? Quel est l’objectif ? L’objectif, bien souvent, c’est que l’on soit soulagé de ce problème au plus vite, non ? Alors autant atteindre cet état de soulagement au plus tôt, non ? Vous ne trouvez pas ? Alors on résoud le problème, on est soulagé, et on peut passer à un mieux-être au plus tôt ! (Ou au problème suivant d’ailleurs ! Rire )
 
Vous connaissez sans doute cette histoire, sorte de légende urbaine :
Deux amis de longues dates se fâchent.
Navré par la situation, l’un des deux veut régler la situation au plus tôt, car le plus important pour lui, pour eux, c’est qu’ils retrouvent cette amitié, cette discorde n’étant qu’un simple gros nuage dans leur complicité…
Mais l’autre s’entête et lui ferme la porte au nez car il est très fâché.
Celui qui voulait retrouver son ami au plus vite repart donc, dépité, et remonte dans sa voiture. Malheureusement, encore trop absorbé par cette situation qui le perturbe, il ne fait pas attention à la route et décède dans un accident.
L’autre ami finit par apprendre la nouvelle et pleure toutes les larmes de son corps en regrettant d’avoir perdu son ami en étant fâché après tant d’années de belle amitié.
N’attendez pas que les êtres qui vous sont chers disparaissent pour leur dire que vous regrettez et à quel point vous les aimez… Pour un couple, ne dit-on pas "Ne vous endormez jamais sur une querelle…" ?
A mes parents, lors de leur mariage il y a désormais 55 ans, le prêtre a dit ceci : "Et surtout si vous vous fâchez, n’oubliez pas de vous réconcilier : les retrouvailles sont toujours tellement agréables !" Clin d'oeil
 
Catégories :Humeur
  1. Sherazade
    18/06/2009 à 11:16

    J\’adhère à 200%!!! En même temps, il est des problèmes si complexes parfois que leur résolution peut prendre du temps, le tout étant à ce moment là de savoir distiller habillement son énergie et établir un plan d\’action longue durée.Pour ma part, ayant appris par la force des choses qu\’avoir un toit, de quoi se nourrir et la santé sont des bases essentielles, je relativise énormément et garde l\’esprit et le coeur libre de toutes tracasseries n\’entrant pas en ligne de compte avec ces trois éléments.

  2. Curtis
    18/06/2009 à 11:29

    Effectivement, il faut savoir faire la part des choses. D\’où les "Quel est problème ?", "Quel est l\’important ?", "Quel est l\’objectif ?", et l\’essentiel "Priorité aux priorités"… Quelle est la priorité ? 🙂

  1. No trackbacks yet.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :