Accueil > Livres > Chattam 6

Chattam 6

Et dernier ? 
 
Un autre « Ce que je lis en ce moment« . Un autre « Maxime Chattam« , après les précédents.
 
 
562 pages
Ils sont déjà parmi nous… Une guerre sans nom. De jeunes soldats sauvagement mutilés dans des mises en scène effroyables. Mais l’ennemi n’est pas le coupable. Pour le lieutenant Frewin, fasciné par le langage du sang, il ne peut s’agir que d’un psychopathe, un monstre de ruse et sadisme, un prédateur cruel et archaïque qui va les décimer un par un… Renouant avec la veine de sa Trilogie du Mal, Maxime Chattam nous propulse dans un vortex de terreur, imposant une fois encore son univers mystérieux et sanglant. Plus qu’un thriller, un guide de survie !
25 évaluations
5 étoiles:44% (11)4 étoiles:20% (5)3 étoiles:12% (3)2 étoiles:16% (4)1 étoiles:8% (2)
Moyenne des commentaires client
 
 
 
  
 
Un peu déroutant, mais assez sympathique. Un bon Chattam pour ma part !
 
Les avis d’internautes (sur critiquedelivres.com) ?
Excellent    (Note 5 sur 5)
Après les « arcanes du chaos », j’ai voulu poursuivre le deuxième roman de cette nouvelle trilogie. Maxime Chattam nous resert une sorte de « l’âme du mal » dans le but de créer non seulement un roman digne de ce nom, mais surtout de nous ouvrir les yeux sur certains aspects de la réalité dont on n’a pas toujours conscience. En cela il crée un lien avec « Les arcanes du chaos ». Concernant l’aspect narratif, il y a plein d’aspects interessants : la recherche esthétique, le cadre inattendu sur lequel opère le serial killer(qui rend les scènes barbares encore pires), la psychologie (un peu réductrice et limite caricaturale parfois) des personnages, les rebondissements qui pullulent tout au long de l’oeuvre et le côté « policier » (qui est donc le véritable tueur : on se met à suspecter tout le monde…) Bref, un bon roman, moins intellectuel que le premier volet, mais qui nous rapproche de la merveilleuse première trilogie qui a fait son succès. Je conseille donc ce livre à tous les lecteurs adultes. PS : ambiance glauque et scènes insoutenables à ne pas négliger. Pour les personnes qui sont facilement impressionnables mieux vaut éviter cet opu
Un cadre original    (Note 5 sur 5)
Le cadre de l’histoire est original, on ne sait pas de quelle guerre il s’agit. Il semble que Maxime Chattam ait volontairement omis de dater l’histoire pour nous faire comprendre qu’en n’importe quel lieu et n’importe quel temps, toutes les guerres sont identiques : cruelles, bestiales, devastatrices. L’intrigue multiplie les fausses pistes et tient en haleine jusqu’au bout avec toujours des personnages complexes, une dualité bien/mal et une bonne analyse psychologique des tueurs en série. Bizarrement, Maxime Chattam a tellement fait de descriptions plus sordides et plus ignobles les unes que les autres dans ses différents livres qu’on pourrait finir par « s’habituer ». C’est le 6ème que le lis et je commence à être un peu moins impressionnée que lorsque j’ai lu son 1er livre. Faudra-t-il qu’il aille à chaque fois de plus en plus loin dans le sordide ?
Le double sens est excellent    (Note 5 sur 5)
On peut bien sûr le lire comme un thriller classique et juger l’intrigue simplement. Mais alors que sont toutes les pages écrites après le « dénouement » ? Si on se donne la peine de lire lentement ce livre, qui comme les autres Chattam sont difficiles à refermer dès le démarrage de la lecture, et que l’on s’imprègne de l’histoire dans son sens psychologique, il advient qu’on arrive à se poser soi-même les questions que se posent les personnages. Et c’est ainsi que naît une introspection pas inintéressante. Ce livre est interactif, à vous de vous donner la peine de chercher cette interactivité et la fin après « dénouement » vous paraîtra alors logique
Un boucher à l’armée    (Note 4 sur 5)
Second volet, après « les arcanes du chaos », de la trilogie sur l’Homme de Maxime Chattam. Si le second était plus policé, plus axé sur la peur et l’interrogation, celui là est tout simplement axé sur… la boucherie… Il faut dire que le contexte (la 2ème Guerre Mondiale) s’y prête particulièrement. Néanmoins, on sent que Chattam s’est fait plaisir à décrire les horreurs présentes dans ce livre… Toutefois, on se demande parfois si c’est réellement justifié. Cette surenchère est d’autant plus dommageable que l’histoire est très inspirée (au défaut d’être originale) : Un flic de la Police Militaire sur les traces d’un assassin particulièrement imaginatif et pervers… On retrouve toutes les composantes classiques du thriller : suspense, fausses pistes, démons passés et surgissants des protagonistes, un volet humain non négligé (une spécialité appréciable chez Chattam). Sommes toutes un bon roman qui aurait mérité d’être un peu moins sanglant pour prendre encore plus d’épaisseur
Le fantome des horreur    (Note 4 sur 5)
Ce livre est grandiose par les frissons qu’il en ressort. Les descriptions sont monstrueusement divines car elles font vraiment ressortir l’horreur des scènes. Pour les amateurs de descriptions fortes à lire absolument, tout comme la ligne noire de Grangé
4/5, ça me va… Sourire
 
Publicités
Catégories :Livres Étiquettes : ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 18/03/2012 à 23:40

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :