Accueil > Livres > Cadavres exquis

Cadavres exquis

Autopsie sélective.
 
  • L’amour, c’est lorsqu’on cesse d’hésiter.
  • J’avais peur de ne plus jamais aimer. Maintenant, j’ai peur d’aimer pour toujours.
  • Je cite Duras : "Tu me plais. Quel évènement !" (Iroshima mon amour)
  • Elle a serré ma main, serré mon bras, mon coude, mon biceps, mon épaule, mon menton. Sa bouche est venue se poser sur la mienne. Je suis devenu aveugle, sourd, muet, né pour cette seconde-là.
  • On parle souvent des premières phrases, les fameux "incipit" (Du côté de chez Swann, L’Etranger, Voyage au bout de la nuit). Mais connait-on les dernières phrases par coeur ? La chute d’un livre en dit parfois plus long que le commencement. Les chefs-d’oeuvre sont plus faciles à démarrer qu’à conclure, puisque les phrases finales sont 5 fois plus longues que les "incipit". Le génie commence brutalement, mais termine mélancoliquement. Comme l’amour.
  • Le couple se termine lorsque l’on cesse de faire l’amour pour se réconcilier, mais que les disputes perdurent.
  • On dit souvent que la beauté est aux femmes ce que le pouvoir est aux hommes : leur premier atout de séduction. La beauté attire les crétins vulgaires et laids, et effraie les timides intelligents et tendres. Elle effectue un mauvais tri ; c’est pourquoi les jolies filles sont toujours avec des connards. La beauté physique devrait plutôt être comparée à la célébrité qu’au pouvoir : éphémère comme elle, tout aussi factice et destructrice, elle est le pire critère d’une rencontre.
  • La naïveté est l’opium des êtres blasés.
  • C’est épuisant l’hédonisme.
  • Sois toi-même ! OK, mais lequel ? Combien suis-je ? Et lequel est moi ?
  • Moi, entre libre et heureux, j’ai choisi d’être libre.
  • L’amant idéal est un obsédé doux : c’est son coeur qui bande.
     
    Et je me réveillai. sleep.gif
    Ce livre est une oeuvre de fiction. Toute ressemblance avec la réalité est à imputer à cette dernière.
    Jorge Volpi (La Fin de la folie)
  • Catégories :Livres
    1. Curtis
      04/03/2008 à 08:33

      "J\’avais peur de ne plus jamais aimer. Maintenant, j\’ai peur d\’aimer pour toujours"…Je me suis fait cette réfléxion, il n\’y a pas longtemps encore..Et je me suis demandée pourquoi ? L\’amour est simple me dit-on…Mais la simplicité rime t-elle avec la peur…Oui, en fait, j\’ai peur d\’aimer quelqu\’un que je n\’imaginais pas…quelqu\’un qui ne ressemble pas à ce que j\’espèrais…est cela l\’amour tendre, l\’amour de toujours…Et que devient l\’amour désir, Eros…

    2. Curtis
      04/03/2008 à 10:56

      Je ne sais pas pour toi. Mais perso, je me retrouve bien dans la première citation du lot.

    1. 27/03/2011 à 23:57

    Répondre

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Photo Google

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :