Accueil > Humeur > L’eusses-tu crû ?

L’eusses-tu crû ?

 
Voilà… Je fais mon coming out. Tant pis. Quitte à perdre quelques fans.
Voilà… Je l’avoue… Je suis en dépression depuis 6 mois !
Eh oui !
 
Attention, mesdames et messieurs, en raison d’une dépression, notre vol va connaître quelques turbulences. Veuillez attacher votre ceinture et relevez vos sièges et plateaux, nous allons tenter de garder stable l’appareil et de continuer notre trajet dans votre plus grand confort…
 
En fait, le début est pratiquement concomitant avec le redémarrage de ce blog : le 7 Juillet.
Eh oui, depuis le 7 juillet, donc, tous mes billets sont issus de ma dépression…
 
Dites, ça se voit ?
 
On s’autorise à penser, "dans les milieux autorisés", que cela durerait depuis plus longtemps. Certaines légendes évoquent même… Octobre 1997…
 
J’en parle parce qu’on m’a récemment dit, à propos de mes hauts et mes bas : "Mais attends, Curtis, c’est normal que tu aies des coups de blues : t’es en dépression !"
 
Eh oui, j’ose me dire que je vais en étonner plus d’un, vu mon tempérament gai-luron dans la vie de tous les jours, voire la teneur plutôt humoristique de mes billets, ma tendance à faire la fête aussi souvent que possible, à avoir une certaine frénesie de la vie… et le look de mon frigo !
D’aucuns pourraient d’ailleurs l’analyser comme une sorte de "fuite en avant", à l’instar de  ceux qui n’"arrêtent jamais", afin d’"échapper" à un traumatisme latent…
Irait-on jusqu’à aller chercher (un de mes jeux préférés) le sens latin du terme "se divertir" : "divertere" -> "Se détourner de" -> Eviter un problème…
Il paraît même que les plus grands comiques puisent leur talent dans une sorte de lutte contre un tempérament dépressif refoulé
Lacaniens ou Freudiens, bon amusement…
 
Alors voilà… eh oui… Il m’arrive, en regard de mes incessantes blagues, d’avoir des coups de blues… Ma prostration et ma mise à l’écart ne semblant pas toujours faciles pour les autres apparemment, mais à l’image de mes billets, ça dure 5′ et je repars… Ne serait-ce que par respect pour eux, histoire de ne pas trop le faire "subir"…
La grotte… l’élastique… Ca vous dit qq chose ? *
 
Je m’hasarderais à penser que mon cas n’est pas unique et serais tenté de rechercher sur Internet la légitimité de mes périodes de "down", moi qui suis plutôt "up" (non, pas lofteur, non ), ne serait-ce qu’au nom de tous les dépressifs (bien que me considérant loin d’être comme tel !), afin de vous dire "Eh oui, à l’instar de ceux à qui il ne faut surtout pas parler le matin (non pour l’haleine, mais pour l’humeur !), des fois, ne nous en veuillez pas, on va avoir tendance à l’isolement, mais ce n’est pas super grave, et essayez de l’accepter… Ca ne vous fera pas trop mal… D’avance merci."
 
J’en expliquerai la véritable origine dans mon prochain billet…
 
Ca me rappelle un message qu’on m’avait envoyé : "Quand le conjoint déprime…"
 
Si tu me demandes de te respecter, respecte-moi aussi. La vie est un échange.
 
* En lisant cet article, c’est dingue de penser combien les rôles peuvent parfois s’inverser (l’homme vague, la femme élastique) !
 

 

 
Publicités
Catégories :Humeur
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :